“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La cantine de La Turbie fermée jusqu'à nouvel ordre

Mis à jour le 11/04/2018 à 20:36 Publié le 11/04/2018 à 20:36
Il faudra attendre 10 jours avant d’avoir les résultats d’analyses.

Il faudra attendre 10 jours avant d’avoir les résultats d’analyses. Photo M.-E.C.

La cantine de La Turbie fermée jusqu'à nouvel ordre

Après la "lettre ouverte" d’un parent d’élève, le maire est revenu aujourd'hui sur sa décision de rouvrir la cantine ce jeudi. Les enfants devront attendre la semaine prochaine

Fermée depuis lundi en raison de nombreux maux de ventre d’enfants, la cantine de l’école de La Turbie ne rouvrira pas ce jeudi, comme le maire l’avait pourtant annoncé mardi.

Il faut donc attendre, au mieux, le début de semaine prochaine.

Pourquoi ce changement de décision?

Le maire Jean-Jacques Raffaele considère que la lettre ouverte de Renaud Marson a un ton "précontentieux".

"Ce parent d’élève m’adresse un courrier et estime d’emblée qu’il y a “des cas d’intoxication alimentaire au sein de la cantine municipale”. Or, rien ne permet d’affirmer cela. Monsieur Marson m’accuse de ne pas avoir fait ce qui aurait dû être fait selon lui. Tout ce qu’il dit est faux. Je suis allé à la rencontre des parents dès lundi, 7h30. Tout au long du week-end, nous avons eu des informations au compte-gouttes concernant des enfants se plaignant de maux de ventre. Aujourd’hui encore, nous n’avons pas tous les résultats des analyses effectuées dans l’école. Il faut dix jours pour tout recevoir! Des enfants ont encore vomi mardi alors qu’il n’y avait pas de cantine."

Réunion d'informations avec les parents ce jeudi


Dans un contexte qui laisse apparaître des tensions avec le parent d’élève Renaud Marson, le maire a donc envoyé un mail à tous les parents ce mercredi après-midi.

Il explique: "Comprenant la situation de tous les parents, nous avions la volonté de rouvrir la cantine jeudi 12 avril 2018, puisque toutes les précautions avaient été prises. Cependant, eu égard à l’accusation de Monsieur Renaud Marson parent d’élève de La Turbie et sur les conseils de notre avocat, la commune ne peut engager sa responsabilité administrative et pénale. Nous attendrons donc les résultats de toutes les analyses. En conséquence la cantine restera fermée. Vous êtes conviés à une réunion d’information jeudi soir à 18h00 dans la salle du conseil municipal en mairie."

"Botter
en touche"


Mais ces mots de Renaud Marson ayant poussé le maire à changer d’avis, quels sont-ils exactement?

Le parent d’élève accuse Jean-Jacques Raffaele de "botter en touche": "Selon moi, c’est dès le samedi qu’il fallait tout mettre en œuvre pour réaliser les prélèvements sur les repas témoins, chez le prestataire (SNRH) et toute autre surface potentiellement contaminée" ; ne serait-ce que pour traiter le germe et traiter nos enfants. (...) Devant l’ampleur des cas d’intoxication (90 % des élèves de la classe de mon enfant), votre gestion de ce dossier n’a pas été à la hauteur. (...) La communication politicienne destinée à réduire sa part de responsabilité est à bannir."

Pas un enfant laissé de côté

Des propos qui auront eu pour conséquence immédiate de garder la cantine fermée ! Un coup dur pour les familles qui espéraient certainement retrouver un rythme de vie normal dès ce jeudi, surtout après un premier mail dans ce sens, du maire, mardi 10 avril.

Mais pas question pour Jean-Jacques Raffaele de risquer un contentieux !

Et de se vouloir rassurant: "Il n’y a pas un enfant qui soit resté une journée complète à l’école sans manger."

Hier, à de nombreuses reprises lors de nos conversations, le maire a dit comprendre la gêne occasionnée ; assurant qu’il mettait tout en œuvre pour trouver une solution au plus vite.


La suite du direct