“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

L'acteur Christophe Lambert investit dans la e-santé

Mis à jour le 04/06/2018 à 10:27 Publié le 04/06/2018 à 09:19
Christophe Lambert avec son associé et créateur de ce passeport santé, le Dr Adnan El Bakri.

Christophe Lambert avec son associé et créateur de ce passeport santé, le Dr Adnan El Bakri. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L'acteur Christophe Lambert investit dans la e-santé

L'acteur franco-américain a présenté le passeport santé lors du salon e-HealthWorld de Monaco, une carte sur laquelle tout le parcours médical du patient est référencé et accessible dans le monde entier

On connaissait Christophe Lambert l'acteur aux célèbres lunettes teintées. Moins l'homme d'affaires investi dans le secteur de la e-santé. Jeudi, on le croisait dans les allées du e-HealthWorld au Fairmont, ce salon dédié à la santé connectée.

Dans ses mains, une carte pas plus grande qu'une carte bancaire. Le PassCare. Littéralement, le passeport santé. Une petite pépite technologique créée par son associé Adnan El Bakri, PDG d'InnovSanté une start-up rémoise et un docteur libanais de 32 ans.

Une drôle d'association, entre deux hommes que tout semble opposer, née lors du Consumer Electric Show de Las Vegas.

"Je fais en moyenne deux films par an et rien pendant six autres mois. Quand on ne fait rien, on devient vite con. Avec Adnan, ça a accroché en cinq minutes. C'est une histoire de feeling. Je ne suis pas un associé passif, je m'investis sur un plan humain et financier", explique l'acteur franco-américain qui préfère, toutefois, garder secret sa participation financière.

Un passeport santé protégé
par un brevet

PassCare, kézako? "Cela permet à chaque citoyen dans le monde de pouvoir récupérer, classer, accéder à ses informations de santé et de le partager avec son entourage et les professionnels de la santé. Ce qui est un gain de temps énorme pour eux", résume le Dr Adnan El Bakri.

Un historique du parcours de soins, en somme, disponible en quelques secondes grâce à un QR Code et une signature électronique. Parcours dentaire, carnet de vaccinations, antécédents, allergies, groupe sanguin...

Tout est référencé sur cette carte, possédée pour l'heure par 200.000 personnes et protégée par un, bientôt deux brevets.

"Quand un radiologue va vous faire une radio, quand un laboratoire d'analyses va vous faire une analyse sanguine, quand un médecin généraliste va réaliser une ordonnance, les fichiers pourront être ajoutés sur la carte."

Christophe Lambert aime la surnommer une carte de vie.

"Prenez un accident en montagne, par exemple. Si la personne envoie le QR code aux urgentistes, l'hélicoptère pourra accéder aux données vitales du patient avant même d'arriver sur les lieux. Il pourra amener du sang, connaître les allergies, savoir si la victime est cardiaque ou si elle a du diabète. On gagne du temps", complète Christophe Lambert. Un gain qui peut sauver des vies, là où chaque minute pour la survie s'avère cruciale.

Double couche
de sécurité

Présent dans quatre pays (France, Canada, Suisse, Liban), InnovSanté prépare une levée de fonds pour s'implanter dans d'autres contrées comme les États-Unis ou les pays d'Afrique.

"Là-bas, où il n'y a pas d'organisation de système de soins, on ne vient pas avec le même discours. On la propose même comme une première carte vitale", précise le Dr Adnan El Bakri.

Quid de la protection des données? "On a une cryptographie asymétrique avec une double couche de sécurité. Une clé publique qui représente votre identité numérique. Une deuxième couche avec les données confidentielles qui permet l'autorisation de connexion à votre interlocuteur. On est certifié par le ministère de la Santé et conforme au règlement général sur la protection des données. C'est le patient qui contrôle ses données."

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.