“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Jacqueline Veyrac saine et sauve

Mis à jour le 27/10/2016 à 05:16 Publié le 27/10/2016 à 05:16
Les enquêteurs procèdent aux constatations autour du véhicule utilitaire, chemin de Saquier.

Jacqueline Veyrac saine et sauve

Fin de 48 heures d'angoisse pour la septuagénaire kidnappée. Un passant l'a découverte hier, ligotée, à l'arrière du véhicule utilitaire qui l'avait emportée lundi à Nice. L'enquête se poursuit

Jacqueline Veyrac est libre. Vivante. Et - en apparence du moins - en bonne santé. Après un enlèvement digne d'un polar suivi de quarante-huit heures d'angoisse, cette seule nouvelle suffit au bonheur de ses proches. Au soulagement, aussi, de tous ces anonymes que le calvaire de la septuagénaire a ému, à Nice et bien au-delà. « On ne pouvait pas espérer mieux », résume le procureur de la République de Nice.

Pour autant, « c'est la fin d'un drame. Pas la fin de l'enquête... » Jean-Michel Prêtre a insisté sur cette nuance de taille, hier soir, lors d'un « point d'étape » très attendu par les nombreux médias présents. C'est que l'affaire est hors du commun. Tout comme sa protagoniste. A 76 ans, la veuve de Gérard Veyrac est à la tête d'un palace cinq-étoiles (le Grand Hôtel de Cannes), d'une institution niçoise (le restaurant La Réserve) et de biens immobiliers à Cannes et Nice. Dont plusieurs...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct