Ils se rendent par deux fois à Lenval pour leur bébé atteint de bronchiolite, l'enfant finalement hospitalisé d'urgence à Monaco

Déjà mises à mal par une pénurie de personnels, les urgences pédiatriques subissent de plein fouet une épidémie de bronchiolite sévère. Les parents de Léo en ont fait les frais. Pour autant, conscients des difficultés dans les hôpitaux, ce qu'ils souhaitent, c'est dénoncer un problème plutôt que d'accabler.

Article réservé aux abonnés
Elodie Madoré Publié le 24/11/2022 à 07:00, mis à jour le 24/11/2022 à 07:26
Courante et très contagieuse, la bronchiolite provoque chez les bébés une toux et une respiration difficile, rapide et sifflante. Photo DR

Grosse frayeur pour les parents du petit Léo la semaine dernière. "Depuis plusieurs jours il n'était pas bien. Il ne mangeait plus, avait la diarrhée et vomissait. Il avait presque perdu 1kg", détaille Lara, sa maman.

Jeudi 17 novembre, direction l'hôpital Lenval à Nice. Mère et fils arrivent à 9h30 et deux heures plus tard, ils en ressortent. On lui a prescrit "des solutions de réhydratation à prendre à la maison et on nous a donné des conseils alimentaires"

"Il réagissait à peine"

Dans l'après-midi, l'état du petit se dégrade. "Il réagissait à peine", se souvient la mère de famille. Très inquiets, les parents décident de retourner à l'hôpital, il est 17h15 et ils ne verront un médecin qu'à 21h30. "Grâce à ma belle-mère et à l'une de ses connaissances, Léo a pu être perfusé pour être réhydraté", ajoute-t-elle.

Il est 3h30 vendredi lorsque la famille reprend le chemin de la maison. Les heures passent et l'enfant est au plus mal. L'inquiétude grandit et impossible pour les parents de rester spectateurs face à une telle situation. 

A 16 heures, de sa propre initiative, le couple prend la direction du CHPG de Monaco. A leur arrivée, l'enfant est hospitalisé et des aérosols seront nécessaires pour l'aider à respirer. "Léo avait l'œsophage tout irrité" selon les dires du médecin. Ce n'est qu'après deux jours d'hospitalisation qu'il a pu retourner à la maison. Quel soulagement pour Lara, lorsqu'on lui annonce qu'il est "sorti du stade d'inquiétude"

 

25 enfants hospitalisés

La situation est complexe dans les urgences pédiatriques en raison de cette épidémie de bronchiolite particulièrement précoce est virulente, dont le pic devrait être atteint dans deux semaines. Des petits patients de Lenval ont déjà dû être transférés vers d'autres hôpitaux, comme ceux de Cannes, Antibes, Grasse et Monaco. Mais ce n'est plus possible aujourd'hui, car eux aussi sont désormais saturés. 

Il y a huit jours, le Dr Philippe Babe de Lenval confiait à Nice-Matin que le service était "en grande souffrance". Et avouait n'avoir "jamais connu ça". Une épidémie d'ampleur qui s'ajoute malheureusement aux autres virus de saison et impossible "faute de personnel paramédical d'ouvrir des lits"

"Nous avons actuellement 25 enfants hospitalisés pour bronchiolite, souffle le pédiatre. La situation s'est aggravée et nous le savions". 

"Nous avons été bien reçus, mais..."

Dans les colonnes de nos confrères de France Info, il précisait déjà le 15 novembre dernier "ne garder que les cas les plus graves" et "faire retourner à domicile les patients qui pourront attendre et, s'ils s'aggravent, reviendront à l'hôpital pour être hospitalisés". Rappelant que "ça fait partie du travail des urgences de faire du tri".

 

Le Dr Babe pointe du doigt un problème de fonctionnement dans "le système" qui participe à la saturation du service des urgences. "Les pédiatres de ville n'assurent pas de permanence. A 17h, vous ne trouvez plus personne. Alors qu'en période d'épidémie comme celle-ci, il faudrait pouvoir trouver des pédiatres jusqu'à au moins 20 heures, voire 22 heures. Il n'y a que notre hôpital qui assure des urgences pédiatriques le soir. Ailleurs, les enfants sont admis dans les urgences générales". 

Consciente du problème qu'elle souhaite dénoncer par son histoire, Lara se montre compréhensive: "Nous avons été bien reçus à Lenval, mais force est de constater que les urgences ne sont plus en capacité de recevoir et de soigner les enfants correctement. Et ça fait peur, se désole la mère de famille. A Nice comme à Monaco, les infirmières appréhendent les semaines à venir et ça m'a touchée. Tout comme tous ces gens qui attendaient avec leurs enfants dans les salles d'attente."

Comment aider son bébé

Avant de se rendre aux urgences, le Dr Babe conseille tout d'abord si l'enfant montre des signes de la maladie, de se rendre chez un médecin généraliste ou un pédiatre, mais aussi "d'évaluer les signes de gravité". Vérifier s'il peut s'alimenter, boire, s'il respire bien, s'il dort bien. Pour aider son bébé malade, il est conseillé de: 

- Fractionner ses repas;
- Lui proposer régulièrement de l'eau;
- Lui nettoyer le nez régulièrement avec du sérum physiologique; 
- Lui surélever le haut du corps lorsqu'il est allongé; 
- Aérer régulièrement et surveiller la température de la chambre qui ne doit pas être supérieure à 19°C. 

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.