“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Grève au CHPG : Primo! encourage la négociation

Mis à jour le 15/05/2019 à 10:23 Publié le 15/05/2019 à 10:23
Les discussions se poursuivent entre gouvernement et représentants syndicaux, aujourd’hui.

Les discussions se poursuivent entre gouvernement et représentants syndicaux, aujourd’hui. illustration J.-F. Ottonello

Grève au CHPG : Primo! encourage la négociation

Les représentants du Conseil national au Conseil d’administration de l’hôpital espèrent que gouvernement et Syndicat des praticiens hospitaliers fassent dès aujourd’hui un pas vers l’autre

Le Conseil national n’a pas souhaité répondre ces derniers jours à nos sollicitations sur la grève administrative de plus de cent médecins du Centre Hospitalier Princesse-Grace (CHPG).

Toutefois hier après-midi, Guillaume Rose et Jean-Charles Emmerich, représentants du Conseil national au Conseil d’administration du CHPG, au nom de la majorité Primo!, ont fait parvenir un communiqué de presse. On apprend ainsi qu’« une délégation du Conseil national a reçu jeudi 9 mai, à leur demande, après le déclenchement le 7 mai d’une “grève administrative” par leur assemblée générale, les représentants du Syndicat des Praticiens Hospitaliers (SPH), présidé par le Docteur Mathieu Liberatore. » Étaient présents le président Stéphane Valeri, Guillaume Rose, Jean-Charles Emmerich, ainsi que les conseillers nationaux et médecins : Jacques Rit et Christophe Robino (également vice-président du SPH).

Le SPH veut une hausse de salaire sans condition

Et tandis que le SPH ne veut pas s’exprimer, c’est Guillaume Rose et Jean-Charles Emmerich qui expliquent la position du syndicat :

« Le SPH refuse que ces avancées soient liées, comme le demande le gouvernement, d’une part à une réorganisation des gardes et astreintes qu’ils craignent de voir diminuer en nombre, avec des suppressions pour réaliser des économies. D’autre part, ils ne veulent pas que la négociation sur les salaires de tous les médecins, soit conditionnée par un éventuel accord préalable sur la révision des modalités de calcul de la redevance sur l’activité libérale », qui ne concerne que 40 % des médecins.

Primo! dit toutefois regretter que « cette “grève administrative” ait été déclenchée alors que les discussions sont toujours en cours » et doivent se poursuivre aujourd’hui entre le département des Affaires sociales et la Santé et le SPH. Le mouvement majoritaire à l’Assemblée encourage les deux parties « à faire un pas l’une vers l’autre, afin d’aboutir rapidement à un accord équitable et raisonnable, pour que le fonctionnement du CHPG ne soit pas affecté à terme, par cette situation de tension inédite. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct