“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Français, salarié à Monaco et résident italien, mais où donc Michel peut-il se faire vacciner ?

Mis à jour le 29/04/2021 à 14:34 Publié le 29/04/2021 à 14:28
Michel Ambrosi n'a qu'une solution : prendre son mal en patience.

Michel Ambrosi n'a qu'une solution : prendre son mal en patience. Thibaut Parat

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Français, salarié à Monaco et résident italien, mais où donc Michel peut-il se faire vacciner ?

Salarié monégasque, ce Français de 62 ans habitant à San Remo ne peut se faire vacciner dans aucun des trois pays. Un problème pour ce cadre qui doit beaucoup voyager pour son travail.

Là où certains s’affichent réfractaires à la vaccination - pour des raisons qui leur sont propres - Michel Ambrosi serait prêt à payer le prix fort pour qu’on lui injecte les deux doses qui le protégeraient contre la Covid-19. « En temps normal, pour mon travail, je me déplace plus de cent jours par an pour du suivi clients et des formations. Depuis un an, c’est impossible. Pour ma société, c’est vital que je puisse être vacciné dans les prochains jours », martèle ce responsable commercial Europe-Maghreb chez Afimo, société monégasque spécialisée dans la fabrication d’appareils de filtration.

Des refus dans chacun des trois pays

Problème, l’homme de 62 ans est un cas particulier : il est de nationalité française, résident italien à San Remo et salarié monégasque. De fait, il se trouve dans une situation inextricable. « Je ne peux me faire vacciner dans aucun des trois pays, malgré mon âge », soupire, désemparé, celui qui a tout tenté.

En France ? « Il faut une preuve qu’on réside en France. J’ai essayé à Nice et Roquebrune-Cap-Martin. » Vérification faite auprès des deux centres de vaccination concernés, un justificatif de domicile de la Métropole Nice Côte d’Azur et des communes de la Carf (1) est systématiquement demandé.

En Italie ? « Il faut fournir un code fiscal et le numéro de la carte sanitaire italienne. Or, je suis affilié aux Caisses sociales de Monaco. Donc, je n’ai pas pu aller plus loin dans ma prise de rendez-vous téléphonique », poursuit Michel Ambrosi.

À Monaco ? La vaccination est, pour l’heure, réservée aux seuls Monégasques et résidents (lire le chiffre ci-contre). À terme, mais la date n’a pas encore été fixée par les autorités du pays, celle-ci sera ouverte aux salariés.

Autre hic : Michel Ambrosi a raté, courant février et mars, le créneau de vaccination réservé aux résidents italiens travaillant en France et à Monaco. « Malheureusement, je n’en ai pas entendu parler », répond-il, sincère.

4 900 frontaliers déjà vaccinés en Italie

Durant un mois à Camporosso, 4 900 frontaliers ont été vaccinés à l’AstraZeneca et au Pfizer-BioNTech. « On a vacciné 75 % des frontaliers, confirme Roberto Parodi, président de la FAI, l’association des frontaliers italiens. Avant, c’était la Région qui décidait du plan vaccinal. Cela marchait par catégorie : les frontaliers, la police, la Croix-Rouge… Depuis, ça a changé et la stratégie s’opère à l’échelle nationale, par tranche d’âge. Il n’y a plus de créneaux pour les frontaliers en Italie car on n’est plus considéré comme des personnes à risque. Je comprends que ce soit compliqué et flou pour ce monsieur. La seule solution, c’est d’attendre que Monaco ouvre la vaccination aux salariés. »

Autre alternative : privilégier les tests PCR pour voyager à l’étranger. « En général, j’effectue les déplacements du lundi au samedi. Il faut renouveler, à nos frais, les tests PCR tous les trois jours, attendre les résultats. Dans certains pays, il faut respecter une quarantaine. Professionnellement, c’est contraignant. La seule solution, c’est le vaccin. Pour ma santé et pour mon travail. »

À Monaco, la vaccination ne sera ouverte aux salariés que lorsque la population résidente volontaire aura reçu les deux doses.
À Monaco, la vaccination ne sera ouverte aux salariés que lorsque la population résidente volontaire aura reçu les deux doses. Jean-François Ottonello et Thibaut Parat
Comment se faire vacciner à Monaco, en France, et en Italie ?

à Monaco


À ce jour en Principauté, la vaccination est ouverte aux Monégasques et résidents de plus de 45 ans, ainsi qu’à ceux de plus de 18 ans présentant des facteurs à risque de comorbidités. Un médecin traitant devant attester de celles-ci. À terme, dès lors que toute la population résidente volontaire, aura été vaccinée, ce sera le tour des salariés monégasques. La date n’a pas encore été communiquée par les autorités sanitaires du pays.
Cela dépendra, entre autres, du réapprovisionnement des doses.

En Italie, dans
la région ligure


Selon le site Internet de la Région ligure, sur lequel on peut prendre un rendez-vous, les plus de 60 ans peuvent se voir administrer une dose de vaccin.
Il suffit d’entrer son code fiscal et d’avoir sa tessera sanitaria (carte sanitaire) à portée de main.

En France


Depuis le 12 avril, les personnes de plus de 55 ans, quels que soient leur lieu de vie et leur état de santé, peuvent être vaccinées chez un pharmacien, un infirmier ou un médecin de ville avec le vaccin AstraZeneca et Janssen (Johnson & Johnson). Les vaccins Pfizer et Moderna, eux, ne sont accessibles qu’aux plus de 60 ans.
Au 15 mai, la vaccination devrait être ouverte aux plus de 50 ans.

12.758 personnes vaccinées à Monaco

C’est, en date du 22 avril au soir, le nombre de personnes vaccinées en Principauté de Monaco, soit l’équivalent de 33,27 % de la population.


Un chiffre communiqué par les autorités sanitaires monégasques. Parmi eux, 11 632 résidents ont reçu les deux injections et sont donc protégées contre les formes graves de la Covid-19.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.