Rubriques




Se connecter à

Figure du journalisme médical, Jean-Daniel Flaysakier est mort

Jean-Daniel Flaysakier, le journaliste et médecin aux célèbres noeuds papillons qui a été pendant 30 ans la figure de l'information santé à la télévision, est mort à l'âge de 70 ans, a annoncé lundi son ancienne chaîne, France 2.

AFP Publié le 11/10/2021 à 15:26, mis à jour le 11/10/2021 à 15:26
Jean-Daniel Flaysakier. Capture France2

La chaîne a confirmé à l'AFP ce décès, d'abord annoncé par le journal local Les Sables - Vendée Journal.

Selon le journal, Jean-Daniel Flaysakier a été retrouvé mort jeudi sur une plage des Sables-d'Olonne, où il passait une partie de son temps, vraisemblablement après un malaise.

Jean-Daniel Flaysakier était une figure familière de la télévision, et le grand public a gardé en mémoire son allure bonhomme, sa barbe taillée et ses noeuds papillons.

 

Originaire de Tours, le médecin de formation, spécialiste du cancer et formé à l'épidémiologie, avait débuté sa carrière de journaliste télé à France 2 (alors Antenne 2) au milieu des années 1980.

Que ce soit au journal télévisé ou dans l'émission Télématin, Jean-Daniel Flaysakier a été le visage grand public du journalisme médical pendant plus de 30 ans, jusqu'à 2018 et son départ de France 2, à l'âge de 67 ans.

"J'ai fait un travail de journaliste avant tout, au sein d'une rédaction, et avec les règles qui s'appliquent à ce métier", avait-il raconté à l'époque au Quotidien du médecin.

"Le fait d'être médecin, ça permet de décrypter l'actualité médicale un peu plus vite que le collègue, d'avoir un sens critique plus développé par rapport à ce que peuvent dire les experts et puis aussi d'avoir une curiosité à l'égard de sujets moins rebattus", avait poursuivi Le professionnel très à cheval sur l'éthique médicale comme journalistique.

Depuis, il collaborait avec l'Institut Gustave Roussy pour des actions de lutte contre le cancer du sein.

Jean-Daniel Flaysakier, qui tenait le blog santé docteurjd.com, était aussi très actif sur Twitter, où il comptait près de 40.000 abonnés.

 

Cet amateur de calembours (et d'échanges rugueux) twittait beaucoup sur la santé, par exemple pour promouvoir la vaccination contre le Covid-19, et sur la politique, pour fustiger le communautarisme et les extrêmes, de droite comme de gauche.

Issu d'une famille juive, il avait aussi raconté à plusieurs reprises sur Twitter la déportation de plusieurs des siens dans les camps nazis pendant la Shoah.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.