“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Fight Aids Monaco se mobilise dans les centres de dépistage

Mis à jour le 27/05/2020 à 18:48 Publié le 27/05/2020 à 18:46
Fight Aids a mobilisé huit bénévoles dès l’ouverture du centre de dépistage à l’espace Léo-Ferré.

Fight Aids a mobilisé huit bénévoles dès l’ouverture du centre de dépistage à l’espace Léo-Ferré. Photo Dylan Meiffret

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Fight Aids Monaco se mobilise dans les centres de dépistage

En cheffe de troupe, la princesse Stéphanie s’est rendue ce mercredi après-midi au centre de dépistage du Covid installé à l’espace Léo-Ferré, pour saluer les bénévoles de son association, Fight Aids Monaco, qui sont venus épauler ceux de la Croix-Rouge monégasque pour tester la population du pays.

Il faut dire que l’équipe de Fight Aids intervient en expert. Depuis 2011, l’association s’est familiarisée avec ces tests rapides qui permettent de détecter la sérologie d’un individu, pour savoir s’il ou elle est porteur du VIH. Ils sont utilisés lors des journées de dépistage organisé chaque année dans les rues de la Principauté.

Huit bénévoles mobilisés

"Pour détecter le Covid, ce sont les mêmes techniques, à la différence que le temps d’attente pour avoir une réponse est de dix minutes alors que pour le VIH, la réponse est instantanée", détaille Hervé Aeschbach, le coordinateur de l’association.

Répondant à la sollicitation du gouvernement, Fight Aids a mobilisé huit bénévoles dès l’ouverture du centre de dépistage à l’espace Léo-Ferré et jusqu’à la fin de la semaine.

Princesse Stéphanie: "C’est un honneur de pouvoir aider"

Fight Aids a été la première association, dès 2009, à utiliser des tests sérologiques pour dépister le VIH. Aujourd’hui les bénévoles apportent leur expertise?
En effet, le gouvernement nous a sollicités. C’est très flatteur et c’est un honneur de pouvoir aider. Cela prouve que nous sommes compétents, et que ce que nous avons réalisé par le passé a été remarqué. Nos bénévoles sont formés depuis longtemps à pratiquer ce genre de test. Aujourd’hui, on donne un coup de main à la Croix-Rouge et au gouvernement.

Votre association accompagne des personnes vivant avec le VIH, sujettes à être plus vulnérables. Cette période leur a-t-elle causé beaucoup de stress?
Heureusement, les personnes séropositives n’ont pas été plus touchées que les autres par cette pandémie. Elles se sont protégées très vite et ont suivi strictement les règles du confinement. Des réflexions sont lancées aussi vis-à-vis de leurs traitements rétroviraux, qui, peut-être, freinent ou affaiblissent le Covid. C’est une piste. Mais pour nos affiliés, c’est l’isolement qui a été le plus difficile. Nous ne pouvons toujours pas les recevoir à l’association. Cela a causé beaucoup de souffrances morales.

Plus prosaïquement, le gala qui permet chaque été de récolter les fonds ne pourra pas avoir lieu en juillet. Comment allez-vous faire pour maintenir les finances de Fight Aids?
J’espère que les gens continueront à être généreux, même si, dans cette situation de crise, beaucoup auront d’autres priorités financières. Mais notre association est vraiment dans le besoin pour continuer à aider les gens et faire tourner la Maison de vie. Aujourd’hui, nous espérons trouver des solutions et avoir de généreux donateurs à nos côtés.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.