“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

EXCLUSIF. "La situation est suffisamment sérieuse": Le prince Albert II de Monaco fait le point sur l'avancée du coronavirus

Mis à jour le 02/03/2020 à 20:40 Publié le 02/03/2020 à 20:34
"Je me réserve le droit de renoncer à certaines apparitions publiques."

"Je me réserve le droit de renoncer à certaines apparitions publiques." Photo Gaétan Luci / Palais princier

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

EXCLUSIF. "La situation est suffisamment sérieuse": Le prince Albert II de Monaco fait le point sur l'avancée du coronavirus

Dans un entretien exclusif accordé ce lundi à Monaco-Matin, le souverain annonce notamment que la Principauté se prépare à accueillir ses propres patients atteints du coronavirus.

Le prince Albert II a présidé une réunion avec son gouvernement, lundi après-midi au Palais, dans la grande salle du Cavalier, pour faire le point sur l’avancée de l’épidémie de coronavirus en Principauté. Pour le souverain, il s’agissait aussi d’évoquer les décisions et dispositions prises et à prendre pour gérer cette crise sanitaire. À l’issue, le Prince a accepté de répondre en exclusivité à Monaco-Matin.

Que retenez-vous, en premier lieu, de cette réunion avec votre gouvernement sur la crise du coronavirus?

Il faut tout d’abord bien avoir à l’esprit que la propagation de ce virus est importante. Une personne porteuse du coronavirus peut contaminer trois personnes, voire davantage. Pour limiter cette propagation, en particulier dans un petit pays à forte densité de population comme la Principauté, où les déplacements des résidents à l’étranger sont fréquents, il est nécessaire d’éviter les brassages de personnes et, évidemment, de voyager vers des zones à risque.

Dès les premières heures, le gouvernement a tout mis en œuvre pour informer la population et pris des mesures pour faire barrage à l’épidémie.

La Principauté maintient d’ailleurs un dispositif plus restrictif que la France, obligeant les élèves et salariés ayant séjourné dans un pays à risque à observer une quarantaine de 14 jours…

C’était une évidence. Nous demandons aux personnes revenant d’une zone à risque (1) de ne pas mettre leurs enfants à l’école et d’opter pour le télétravail temporaire. Nous allons inlassablement répéter les bonnes pratiques à adopter, comme se laver les mains régulièrement, nettoyer les poignées de portes, les téléphones ou les claviers des ordinateurs susceptibles d’être utilisés par d’autres personnes.

Ces simples réflexes peuvent aider à éviter une propagation trop rapide du virus. Nous comptons aussi sur l’honnêteté et le civisme de chacune et chacun pour informer les autorités sanitaires, ne pas se présenter sur son lieu de travail et ne pas conduire ses enfants à l’école après un séjour dans une zone à risque.

La situation est suffisamment sérieuse. C’est une question de bon sens. J’ajoute que le gouvernement continuera d’informer la population, dans la transparence absolue, comme il l’a fait depuis le début de cette crise. Je ne peux que me féliciter de l’action du gouvernement.

"Tout le monde est fortement mobilisé à Monaco"

Le Centre hospitalier Princesse-Grace est-il armé face à une accélération de l’épidémie?

Je dois avant tout souligner l’excellence du travail du personnel du CHPG et de tout le personnel de santé de la Principauté. Tout le monde est fortement mobilisé à Monaco. J’en veux notamment pour preuve le fait que des médecins à la retraite se sont portés volontaires pour nous venir en aide. Ce sera d’autant plus nécessaire que, il y a quelques heures, la France nous a demandé de nous préparer à garder en Principauté les patients porteurs du coronavirus, lorsque le CHU de Nice ne sera plus en capacité de les accueillir.

"Possibilité d'hospitalisation à domicile pour des porteurs du coronavirus"

Comment faire?

Le CHPG ne pourra pas accueillir toutes les personnes affectées par le coronavirus. Par conséquent, nous réfléchissons à une possibilité d’hospitalisation à domicile, avec des visites de médecins chez les patients. Ce dispositif sera mis en place très prochainement. Il concernera les malades qui, bien sûr, ne présentent pas de symptômes pulmonaires graves. Ce sera en cas de toux et de fièvre. Il est indispensable de ne pas saturer le CHPG.

Quelle est votre position sur le maintien ou pas des prochaines manifestations à Monaco ? Par exemple, le match de basket de l’EuroCup doit-il se jouer à huis clos?

Il est évident que ce match se disputera à huis clos. Cela concerne toutes les manifestations, comme ce match-là, qui rassemblent du monde dans un espace confiné où l’on crie, on s’embrasse, on transpire, on postillonne. La sagesse préconise le huis clos. L’Euroligue devra le comprendre. Mais on tient à ce que ce match soit joué.

Et les prochaines rencontres, comme ce Monaco-Dijon de Jeep Elite prévu samedi prochain salle Gaston-Médecin?

Nous allons avoir des discussions avec la Ligue nationale de basket afin de voir s’il est possible que ces prochains matches se jouent à huis clos. C’est la proposition que nous allons faire.

Et le Salon international de l’auto qui débute jeudi? Et le salon MAGIC, rendez-vous majeur du manga et de la pop culture japonaise, samedi au Grimaldi Forum?

Les événements qui se déroulent en partie à l’extérieur seront maintenus. C’est le cas de ce salon de l’automobile. Il me paraît, en revanche, difficile que le salon MAGIC puisse se tenir à la date prévue. Il pourrait être reporté à l’automne prochain. Sachant qu’il attire plus de 3.000 personnes dont beaucoup viennent de pays asiatiques, il ne serait pas raisonnable de maintenir cette manifestation.

Votre planning de chef d’État est-il bouleversé par l’épidémie de coronavirus?

Pas pour l’instant. Les modifications sont minimes. J’ai des déplacements prévus dans des pays sans risque, comme l’Autriche et la Suisse. En fonction des événements, je me réserve le droit de renoncer à certaines apparitions publiques. Certains s’annuleront sans doute d’eux-mêmes.

"Il ne faut pas céder à la panique"

Il y a deux ans, vous avez été victime d’une pneumonie qui a fragilisé vos bronches. Vous y pensez?

J’en ai conscience. Je fais tout pour limiter mes expositions à des situations risquées.

Des mesures ont été prises au Palais?

Oui. Le nombre de postes où l’on trouve des solutions hydroalcooliques est important. Tous les services ont reçu des équipements et des masques en nombre suffisant, pour faire face, au cas où. Les entrées au Palais d’intervenants extérieurs sont encore davantage surveillées. Nous avons fait le tour de l’ensemble du personnel qui était en congé afin de s’assurer que personne ne revenait d’une zone à risque. Tous ceux qui sont dans ce cas devront rester quatorze jours chez eux. Et mardi, nous allons décider de reporter la date d’ouverture des visites du public au Palais, qui devaient reprendre début avril.

Cette situation vous inquiète-t-elle?

Pas outre mesure. Restons optimistes et disons-nous que l’on arrivera à bout de ce virus. Il ne faut surtout pas céder à la panique, ni à la sinistrose, ni à une inquiétude excessive. La situation est tout à fait inhabituelle, c’est vrai, nous sommes touchés directement et nous aurons probablement d’autres cas de personnes infectées. Il convient de traiter cette situation avec tout le sérieux possible et prendre toutes les précautions. Mais ne nous empêchons pas de continuer à vivre le plus normalement possible. Cette situation va durer quelques semaines, voire plus. Nous devons nous résoudre à cette idée. Et je le répète, le gouvernement continuera de tenir informée la population monégasque, le plus souvent possible et toujours dans une transparence absolue.

1. La liste des pays considérés à risque par Monaco est plus longue qu’en France. On y trouve la Chine continentale, Hong Kong, Macao, Singapour, la Corée du Sud, la Thaïlande, le Japon, Taïwan, la Malaisie, l’Iran et, en Italie les régions de Lombardie, de Vénétie et d’Emilie-Romagne.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.