“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Etudiante monégasque, elle a fait le choix de rester confinée en Écosse, elle explique pourquoi

Mis à jour le 02/04/2020 à 17:50 Publié le 02/04/2020 à 17:47
Travail à domicile pour Mathilde Pasta, au coeur de son appartement écossais de Saint Andrews.

Travail à domicile pour Mathilde Pasta, au coeur de son appartement écossais de Saint Andrews. Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Etudiante monégasque, elle a fait le choix de rester confinée en Écosse, elle explique pourquoi

À l’occasion d’une série de portraits d’expatriés monégasques, focus sur Mathilde Pasta, 21 ans, qui a choisi de rester au Royaume-Uni pour achever sa Licence. Elle raconte sa vie de confinée.

Saint Andrews en Écosse. Ville étudiante à une heure de route d’Édimbourg, la capitale. D’ordinaire peuplée d’une jeunesse studieuse et fêtarde qui se mêle à la population locale, la cité a désormais des airs de ville fantôme depuis le 23 mars (1). Lockdown – traduction anglaise de confinement – oblige. "Beaucoup d’amis et d’étudiants sont rentrés dans leurs pays respectifs. On n’a pas pu se dire au revoir. La cérémonie de remise des diplômes a aussi été annulée et reportée à une date indéterminée", regrette Mathilde Pasta, 21 printemps.

L’étudiante et expatriée monégasque achève sa quatrième et dernière année en relations internationales. Contrairement à certains de ses compatriotes – bloqués à l’étranger – la jeune femme a pris le parti de rester confinée au Royaume-Uni

"Un choix en urgence"

"Mes partiels étant mi-mars, et non pas en mai comme pour la majorité des étudiants, j’ai fait le choix, en accord avec mes parents, de rester ici", explique-t-elle. Sa mère, Heidi Müller, argumente: "Il a fallu faire un choix dans l’urgence. Nous avons pensé qu’il était plus sage qu’elle reste en Écosse pour éviter de se retrouver dans les endroits publics bondés."

Pour rallier Saint Andrews à Monaco, il aurait fallu prendre deux bus puis deux avions – il n’y a pas de vols directs en hiver entre Edimbourg et Nice – avec le risque d’annulation à la dernière minute.

Seule dans son appartement en centre-ville, elle continue de plancher sur son mémoire en lien constant avec ses superviseurs. Et suit son cours principal par visioconférence. "On simule un conseil de sécurité de l’ONU. Le scénario est inventé par notre professeur mais basé sur la crise qui a lieu en ce moment à l’Est de la République démocratique du Congo, détaille Mathilde. On doit prendre en compte à la fois les éléments inventés mais aussi ceux du monde réel, comme le développement de la pandémie du Covid-19, lors des négociations."

Objectif de l’exercice: écrire une Résolution et décider des mesures adéquates que devrait prendre la communauté internationale. Plutôt instructif dans ce contexte planétaire.

"Les Anglais ont trouvé cela inconscient"

Fin observateur de l’actualité, l’entourage écossais de Mathilde a largement déploré les mesures à retardement décrétées par Boris Johnson au Royaume-Uni. "Ici, tout le monde est déçu. Tout cela s’est décidé tardivement. Les Anglais que je fréquente ont trouvé cela inconscient et ont critiqué le fait qu’on mette en avant l’aspect économique des choses plutôt que la santé des gens. Beaucoup de gens s’étaient déjà confinés avant le lockdown car ils avaient peur et suivaient les consignes de la France", confie-t-elle en porte-parole.

En revanche, comme en France, d’autres se moquaient de la distanciation sociale et défiaient déjà le coronavirus en multipliant les sorties. La bêtise n’a, semble-t-il, pas de frontières.

"J’essaye d’avoir une routine"

Dans cette étrange période, Mathilde Pasta se veut positive même si, loin de ses proches, le moral en prend parfois un coup. "L’incertitude de l’avenir est un peu étrange, concède-t-elle. J’ai ma famille tous les jours au téléphone, j’ai pas mal de travail donc ça occupe l’esprit. J’essaye de garder un lien avec le Sud de la France en cuisinant des pissaladières [rires], d’avoir une routine comme si les choses étaient normales."

En attendant un potentiel retour en Principauté – quand le confinement sera levé et une ligne aérienne directe rétablie – Mathilde est en relation régulière avec la Direction des relations diplomatiques et consulaires mais aussi l’ambassadrice de Monaco au Royaume-Uni. "Ils prennent des nouvelles. Si j’ai le moindre problème ou si je veux rentrer, je peux les contacter. C’est très rassurant."

1. Boris Johnson, Premier ministre du Royaume-Uni, a décrété le confinement ce jour-là. L’homme politique est actuellement confiné dans son appartement de Downing Street, car positif au Covid-19.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.