Rubriques




Se connecter à

Désormais 10 cas de Covid-19 à l'hôpital de Monaco mais le service continue

Cinq médecins et du personnel soignant ont été testés positifs depuis la semaine dernière au Centre Hospitalier Princesse-Grace à Monaco. Une enquête sanitaire est en cours. Le service continue malgré tout.

Joëlle Deviras Publié le 18/12/2020 à 21:56, mis à jour le 18/12/2020 à 22:02
Selon nos sources, il y aurait, vendredi soir, dix cas de Covid-19 au service de pédiatrie. Le gouvernement nous confirmait huit cas vendredi après-midi. Photo Cyril Dodergny

Le conseiller de gouvernement-ministre des Affaires sociales et la Santé nous annonçait vendredi après-midi huit cas de Covid-19 parmi le personnel soignant du service de pédiatrie du Centre Hospitalier Princesse-Grace; mais, selon nos sources, ce chiffre était porté à dix vendredi soir! Et parmi ces salariés testés positifs, on dénombrerait cinq médecins.

Nous avons appris l’information jeudi midi et elle a donc été confirmée vendredi par Didier Gamerdinger puis, au travers d’un communiqué de presse en fin d’après-midi, par le Centre Hospitalier Princesse-Grace.

L’hôpital précise notamment qu’une enquête sanitaire est en cours.

 

Il y a eu incontestablement une montée importante du nombre de cas Covid-19 ces derniers jours au service de pédiatrie.

Le CHPG souligne que l’ensemble des professionnels du service a été testé. Mais le conseiller de gouvernement-ministre des Affaires sociales et la Santé Didier Gamerdinger ne veut pas, pour l’heure, parler de "cluster".

Contacté, il nous explique: "Les contaminations ne sont pas forcément survenues sur le lieu d’exercice de l’activité professionnelle. Le testing du service est en cours. En fonction des résultats, il sera possible de déterminer ce qu’il en est et le terme à utiliser".

Selon nos sources, les deux premiers cas ont été une infirmière et une aide-soignante du service des urgences pédiatriques la semaine dernière. Le test n’aurait alors pas été imposé à tout le personnel de pédiatrie.

Pourtant, le CHPG affirme: "Dès lors que ces cas ont été connus, les procédures en vigueur ont été appliquées: isolement et remplacement des professionnels positifs, test immédiat de l’ensemble des professionnels du service, incluant ceux en congés et repos (...)".

 

Visites possibles pour les fêtes

Toujours selon nos sources, samedi dernier, une pédiatre a appris qu’elle était positive. La chef de service adjointe a été, quant à elle, déclarée positive mercredi...

Aujourd’hui, cinq médecins seraient malades, ainsi que deux infirmières et deux aides-soignantes et une salariée du personnel soignant.

Les pédiatres testés positifs, dont "la majorité d’entre eux sont asymptomatiques" selon le CHPG, sont aujourd’hui en arrêt maladie. Mais certains ont fréquenté les services des Urgences, de Maternité, et de néo-natologie.

Le chef de service ne doit pas, quant à lui, être positif au test, puisqu’il a pris l’avion pour l’étranger avant-hier soir.

 

Le CHPG se veut rassurant. Il écrit: "Même si les risques de contamination soignants/soignés sont extrêmement faibles, les parents des enfants ayant été pris en charge au CHPG dans les dix jours précédents sont invités à contacter les Urgences pédiatriques pour obtenir de plus amples renseignements et la réalisation de test PCR s’ils le souhaitent. La continuité des soins est normalement assurée pour l’activité de pédiatrie".

Didier Gamerdinger note tout de même que "le service est maintenu sauf pour les consultations qui s’effectuent auprès d’un praticien qui est absent parce que malade".

Le service de communication du CHPG précise également que "les visites des parents demeurent autorisées en pédiatrie et un élargissement de cette possibilité est d’ailleurs envisagé pour les fêtes de Noël".

Un médecin qui souhaite garder l’anonymat explique: "En ville, partout en France, les restaurants sont fermés. Et combien sommes-nous au self tous les midis? Nous sommes les uns sur les autres. Dans la queue, il n’y a certainement pas 1,5 mètre qui nous sépare les uns des autres. Il faut prendre des mesures drastiques".

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.