Rubriques




Se connecter à

Des pigments utilisés pour les tatouages interdits dès 2022, le syndicat des artistes monte au créneau

Le syndicat national des artistes tatoueurs et des professionnels du tatouage s'insurge contre la limitation de certaines encres, à partir de 2022, dans l'Union européenne.

La rédaction Publié le 19/10/2021 à 12:05, mis à jour le 19/10/2021 à 12:04
À compter du 4 janvier 2022, l'utilisation de plus de 4.000 substances chimiques contenues dans les encres de tatouage et le maquillage permanent sera limitée. Photo Jean-François Ottonello

À compter du 4 janvier 2022, l'utilisation de plus de 4.000 substances chimiques contenues dans les encres de tatouage et le maquillage permanent sera limitée. 

Le but? Restreindre la concentration maximale de produits jugés "dangereux", comme "certains colorants azoïques, les amines aromatiques cancérogènes, les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), les métaux et le méthanol", indique l'Agence européenne des produits chimiques (Echa, en anglais). 

Dès le 4 janvier 2023, les deux pigments Blue 15:3 et Green 7 seront à leur tour visés. Un délai supplémentaire d'un an pour trouver, selon la Commission européenne, "des solutions de remplacement plus sûres et pour retirer du marché les mélanges qui contiennent ces pigments, mis sur le marché pour être utilisés à des fins de tatouage".

Autrement dit, cela implique une limitation de dosage, donc un besoin de reformuler les mélanges, et pas une interdiction totale. "L'objectif n’est pas d’interdire le tatouage mais de rendre plus sûres les couleurs utilisées", précise l'Echa.

 

Ces restrictions s'appliqueront au sein de l'Union européenne et ont été votées le 14 décembre 2020. 

"Aucune alternative technique"

Une règlementation qui provoque la colère du syndicat national des artistes tatoueurs et des professionnels du tatouage (Snat). 

"La limitation de plusieurs substances est un principe positif en soi, mais les différents experts (chimistes, fabricants, analystes, etc.) sont tous d'accord sur le fait que les seuils sont globalement trop bas, à la fois en termes de cohérence (aucun argument technique propre au tatouage) et de contrôle", assurait le syndicat, début septembre.

"Outre le bleu et le vert dont l'interdiction est reportée à 2023, 25 autres pigments (notamment plusieurs rouge, orange, et jaune) sont interdits par le règlement européen: ces pigments constituent la majeure partie de la palette pigmentaire des grandes marques les plus diffusées en Europe, principalement issues de fabrication américaine. Leur remplacement par de nouveaux produits en quelques mois est un véritable challenge."

"À ce jour, aucune encre sur le marché européen ne serait conforme à ce nouveau règlement, déplore le Snat. Ainsi, toute encre achetée en septembre 2021 serait légalement inutilisable en Europe à compter de janvier 2022."

 

Le syndicat ajoute qu'"aucune alternative technique n'existe pour remplacer les pigments Blue 15:3 et Green 7".

Une pétition a été lancée en octobre 2020 sur le site du Parlement européen pour plaider le maintien de certains pigments dans la réglementation. Ce lundi, 120.336 personnes l'avaient signée. 

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.