“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Des nouveaux locaux pour la médecine du travail

Mis à jour le 24/04/2018 à 05:17 Publié le 24/04/2018 à 05:17
Depuis avril, les salariés du public peuvent être suivis médicalement au sixième étage de l'Aigue Marine  à Fontvieille.

Depuis avril, les salariés du public peuvent être suivis médicalement au sixième étage de l'Aigue Marine à Fontvieille. Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Des nouveaux locaux pour la médecine du travail

Depuis début avril, les salariés du secteur public sont suivis médicalement dans le même immeuble que ceux du privé, l'Aigue Marine à Fontvieille... mais pas au même étage

Veiller à la santé des salariés. » Au bas de la porte coulissante de l'Office de la médecine du travail (OMT), la phrase sonne comme un leitmotiv. Une mission sacrée pour laquelle il ne faut pas faillir. Derrière, les nouveaux locaux de l'entité se dévoilent. Près de 360m² flambant neufs, inaugurés hier par le prince Albert II et bénis par le chanoine Joseph Di Leo de la paroisse Saint-Nicolas. Six mois de travaux ont été nécessaires pour un montant flirtant avec les 1,2 million d'euros. Longtemps, les fonctionnaires et agents de l'État et de la commune passaient leur visite médicale dans les locaux de la SPME (1), au cœur du stade Louis-II.

Depuis début avril, changement d'adresse(2). C'est, ici, au sixième étage de l'Aigue Marine à Fontvieille que les salariés du public seront suivis par deux médecins et autant d'auxiliaires, lesquels déclarent l'aptitude, ou pas, au travail. Dans le même bâtiment, où cinq étages plus bas, le restant du personnel de l'OMT se charge des salariés du privé. « Avec une équipe étoffée, cela va permettre un suivi santé-travail de meilleure qualité », confie Pascale Pallanca, directeur de l'OMT. Dans ce sens, Didier Gamerdinger, conseiller de gouvernement-ministre des Affaires Sociales et de la Santé, a annoncé que ce renforcement d'effectif permettrait que « chacun soit désormais vu au moins tous les trois ans et même de manière beaucoup plus rapprochée pour les postes particuliers, comme ceux liés à la sécurité. »

« Diminuer les risques »

Dans ces nouveaux murs, outre les bureaux du personnel médical, on retrouve également le service informatique, les archives et le service IPRP. Pour intervenants en prévention des risques professionnels. Trois personnes qui, à la demande du médecin ou d'un employeur, se rendent dans les entreprises. « On réalise des études de risque et de poste, des analyses de produits chimiques, de mesures de bruit. Un diagnostic, en somme. Puis, on transmet à l'employeur des recommandations pour améliorer les conditions de travail et diminuer les risques ou on leur rappelle la réglementation. On a un rôle de conseil », explique Pierre Créquis, responsable du pôle IPRP. En 2017, l'OMT a réalisé 23 000 visites médicales.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.