“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Des chercheurs niçois démontrent notre inégalité génétique face au coronavirus

Mis à jour le 12/08/2020 à 10:25 Publié le 12/08/2020 à 10:25
Le Dr Milano (3e en partant de la gauche) et l’équipe du laboratoire d’Oncopharmacologie du centre Antoine-Lacassagne.

Le Dr Milano (3e en partant de la gauche) et l’équipe du laboratoire d’Oncopharmacologie du centre Antoine-Lacassagne. Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Des chercheurs niçois démontrent notre inégalité génétique face au coronavirus

Associés à des cancérologues du centre Antoine-Lacassagne, ils viennent de publier une étude montrant comment l’infection par le coronavirus est aussi déterminée par la génétique.

Nous ne sommes pas tous égaux face à la Covid-19. Des médecins et chercheurs du centre Antoine-Lacassagne à Nice ont publié une étude dans la prestigieuse revue scientifique Trends in Genetics, qui vient d’être mise en ligne.Ils y démontrent que la sensibilité à l’infection par le virus dépend de la génétique, au-delà des facteurs aggravants connus.

Rencontre avec le Dr Gérard Milano, cancérologue à l’initiative de ces travaux, auteur référent du document.

D’où est née cette idée de recherche?
Dès le début de la crise sanitaire, se pencher sur la question s’est imposé: la vulnérabilité des personnes atteintes de cancer est forte, et les décès cinq fois supérieurs en cas d’atteinte par le coronavirus. Depuis longtemps cancérologues et pharmacologues examinent les caractères génétiques de leurs patients, pour prévenir les effets secondaires et étudier les réponses aux traitements. Ces travaux sont nés voilà six mois d’une collaboration entre deux équipes de recherche du centre Lacassagne, et menés en coordination avec le Dr Patrick Brest, premier auteur.

Comment avez-vous procédé?
Comme dans une enquête de police scientifique, pour déterminer comment le virus peut parvenir à infecter une cellule cible en particulier. On s’est appuyé sur des bases de données disponibles sur le Net pour voir si des facteurs individuels et génétiques prédisposaient à développer ou éviter la maladie. Ceci au-delà de l’âge et des pathologies associées de type diabète, surpoids, hypertension…

La conclusion?
C’est oui. Selon les caractéristiques génétiques des sujets, et deux enzymes opposées, la Covid-19 peut soit passer dans les cellules cibles qu’elle infecte soit en être tenue à distance, elles sont alors protégées de l’attaque.

Et les non-cancéreux?
Les conclusions sont les mêmes, transposables à tous les sujets, même non atteints de cancer.

Quelles perspectives ouvre votre étude?
La possibilité de mettre au point et d’instaurer à grande échelle un test génétique simple et peu coûteux de type PCR.Il permettrait de déterminer une caractérisation génétique individuelle du risque de développer l’infection.

À quel horizon peut-on l’espérer?
C’est une question de mois, et de moyens.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.