“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Dépistage de la Covid-19: les tests antigéniques débarquent à Monaco

Mis à jour le 05/11/2020 à 19:25 Publié le 05/11/2020 à 19:21
Ce jeudi, une poignée de carabiniers du prince ont subi un prélèvement nasopharyngé et ont obtenu rapidement le résultat grâce à la méthode du test antigénique.

Ce jeudi, une poignée de carabiniers du prince ont subi un prélèvement nasopharyngé et ont obtenu rapidement le résultat grâce à la méthode du test antigénique. Photo Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Dépistage de la Covid-19: les tests antigéniques débarquent à Monaco

L’État vient de recevoir 10.000 tests antigéniques pour dépister la Covid-19. Les carabiniers du prince ont été les premiers à être testés. Le résultat est connu en moins de 20 minutes.

Pas loin du baby-foot, du billard et de l’armoire garnie de trophées, un coin de la pièce a été aménagé pour dépister la Covid-19.

Ce jeudi après-midi, au cœur de la salle de repos des carabiniers du prince, nichée au 9e étage de la caserne du boulevard de Belgique, quelques militaires subissent un prélèvement nasopharyngé réalisé par leurs propres confrères, formés à ce geste médical depuis le début de la crise sanitaire (1). Tous sont négatifs.

Il s’agit d’une démonstration non pas de test PCR mais antigénique (lire ci-contre). En en commandant 10.000 pièces, qu’il revendra à prix coûtant aux professionnels de santé, l’État étoffe ainsi un arsenal déjà bien fourni en matière de dépistage.

Le 16 novembre, trois jours avant la Fête nationale, les 124 carabiniers du corps seront testés par le biais de cette nouvelle méthode alternative, agréée par le ministère des Solidarités et de la Santé français.

"On ne souhaite pas que le virus entre dans cette caserne, compte tenu de l’approche des festivités et de la sensibilité de nos missions", martèle le colonel Tony Varo, commandant supérieur de la Force publique.

Des résultats d’analyse en 15 à 20 minutes

Premier avantage de ces nouveaux tests: la rapidité d’analyse. "Vous avez le résultat dans les 15 à 20 minutes qui suivent le prélèvement nasopharyngé", explique Alexandre Bordero, directeur de l’Action sanitaire.

Là où le test PCR nécessite une analyse en laboratoire – avec amplification du génome impliquant des délais plus longs – le test antigénique nécessite peu de matériel.

Une bandelette colorimétrique affiche le résultat: une bande, c’est négatif; deux bandes, c’est positif. Cela signifie alors que le virus se trouve dans votre organisme.

Une rapidité d’analyse qui permettra de désengorger des laboratoires déjà bien sollicités et, donc, d’accélérer le traçage des cas contacts.

"Toutefois, les tests antigéniques sont moins précis que les tests PCR qui restent la référence en matière de dépistage Covid. Si un test antigénique est douteux ou positif, il sera confirmé par un test PCR. D’ailleurs, l’État s’est doté d’un automate qui va arriver mi-novembre et qui sera capable d’analyser jusqu’à 400 prélèvements (en huit heures de fonctionnement, ndlr)", poursuit Alexandre Bordero.

"L’autre avantage, poursuit-il, c’est que si vous allez à Rome, par exemple, l’Italie accepte, à la sortie de l’avion, un test antigénique, contrairement à d’autres pays européens qui demandent toujours un test PCR. Les compagnies aériennes essayent de travailler pour que le test antigénique soit de plus en plus accepté dans les aéroports. C’est le cas à Nice."

Les pharmaciens formés aux prélèvements Dès la semaine prochaine, tout un chacun pourra se faire dépister avec ces nouveaux tests antigéniques.

Où ça? Pas au centre de dépistage Léo-Ferré, uniquement réservé aux tests PCR.

"Les professionnels de santé volontaires (pharmaciens, médecins de ville ou infirmiers) et laboratoires pourront proposer des tests antigéniques. On est d’ailleurs en train de proposer aux pharmaciens de se former pour les prélèvements nasopharyngés", détaille Alexandre Bordero.

Une décision ministérielle doit être signée pour permettre aux laboratoires et officines de réaliser ces tests antigéniques. Quant au prix de l’acte médical et des modalités de remboursement, ils restent encore à définir par l’exécutif monégasque.


(1) Dix-sept carabiniers du prince et autant de sapeurs-pompiers sont capables d’effectuer ces prélèvements.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.