Rubriques




Se connecter à

Dans une tribune, six médecins réanimateurs de la région appellent la population à se faire vacciner

« Oui, le vaccin peut avoir des effets désirables ; il est aujourd’hui notre meilleure chance de retrouver une vie vraiment normale au plus vite », plaident dans une tribune six médecins réanimateurs de la région

La rédaction Publié le 26/07/2021 à 17:25, mis à jour le 26/07/2021 à 20:19
Illustration. Photo P. L.

"Nous sommes 6médecins réanimateurs exerçant en région Paca, coordonnateurs départementaux des Alpes-de-Haute-Provence, Hautes-Alpes, Alpes Maritimes, Bouches-du- Rhône, du Vaucluse et du Var."

"Depuis la fin du mois de juin, vous le savez, le taux d’incidence de la Covid remonte en flèche sur nos territoires. L’apparition du variant Delta, bien plus contagieux que les précédentes formes du virus, a précipité la hausse des contaminations."

« Les conséquences sur nos services hospitaliers commencent à se faire ressentir avec une augmentation du nombre de personnes admises en service de réanimation. Certes nous sommes encore loin des niveaux atteints lors des précédentes vagues épidémiques.

 

Nous voyons cependant réapparaître des cas graves, sur des patients jeunes (1), sans antécédents médicaux.

Un constat frappant est partagé par nous tous, les chiffres sont éloquents: depuis le 5 juillet, 94% des personnes Covid admises en réanimation (2) ne sont pas vaccinées. "J’hésitais", "je voulais me donner du temps", "j’attendais le mois de septembre": voilà ce que nous avons entendu de nos patients. »

« Or, parmi les moyens de lutte à notre disposition, la vaccination reste à ce jour le plus efficace:

- le seul moyen pour casser les chaînes de contamination;

 

- le seul moyen pour éviter les formes graves;

- le seul moyen pour enrayer une nouvelle surcharge des services hospitaliers;

- le seul moyen pour garantir la continuité des soins pour tous;

- le seul moyen pour éviter ce qui peut encore être évitable.

« Oui, le vaccin peut avoir des effets désirables; il est aujourd’hui notre meilleure chance de retrouver une vie vraiment normale au plus vite. »

 

"Nous sommes des soignants. Nous faisons notre métier du mieux que nous pouvons, mais il appartient à chacun de mettre en œuvre tous les moyens de prévention et de protection existants. Pour vous, pour vos proches, pour nous tous."

 

(1) 55% des patients admis en réanimation pour COVID en Paca depuis le 5 juillet ont moins de 65 ans.

(2) Sur un total de 51 patients admis entre le 5 et 19 juillet 2021 dans les services de réanimation de la région, seulement 3 avaient un schéma vaccinal complet.

Les signataires

- Docteur Laurent Ducros, coordonnateur des réanimations du Var [Chef de pôle Anesthésie -Réanimation polyvalente du Centre hospitalier Intercommunal de Toulon- la Seyne]
- Professeur Carole Ichai, coordonnateur des réanimations des Alpes-Maritimes [Chef de pôle d’Anesthésie-Réanimation-Urgences, Centre hospitalier universitaire de Nice, Professeur d’Anesthésie-Réanimation]
- Docteur Sébastien Moschietto, coordonnateur des réanimations du Vaucluse [chef de service de la réanimation polyvalente du Centre hospitalier d’Avignon]
- Professeur Laurent Papazian, coordonnateur régional et des Bouches-du-Rhône des réanimations [Professeur de Médecine Intensive Réanimation, Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille]
- Docteur Adrien Roques, coordonnateur des réanimations des Alpes de Haute-Provence [responsable de la réanimation du Centre hospitalier de Digne les bains]
- Docteur Pierre-Yvan Simonoviez, coordonnateur des réanimations des Hautes-Alpes [responsable de la réanimation du Centre hospitalier intercommunal de Gap – Sisteron]
- Avec le soutien de l’ARS Paca

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.