“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

D’Amore Psy Monaco, un phare sur le chemin de la réhabilitation pour les personnes atteintes de troubles mentaux

Mis à jour le 12/02/2020 à 10:54 Publié le 12/02/2020 à 12:30
Les adhérents disposent d’un lieu d’accueil non médicalisé.

Les adhérents disposent d’un lieu d’accueil non médicalisé. Photo Thierry Vilette

D’Amore Psy Monaco, un phare sur le chemin de la réhabilitation pour les personnes atteintes de troubles mentaux

Entourer, écouter, représenter... l'association D'Amore Psy Monaco a un rôle essentiel auprès des personnes atteintes de troubles mentaux à Monaco et auprès des autorités de la Principauté.

Lundi soir, le conférencier canadien Luc Vigneault était le messager de l’association D’Amore Psy Monaco. Une structure familiale créée en 2008 et présidée par Béatrice Latore dans le but "d’être l’intermédiaire essentiel auprès des instances gouvernementales et du corps médical afin de répondre aux besoins et attentes des familles et des patients". Être donc, en plus d’une oreille attentive, porte-parole des usagers en santé mentale notamment auprès des commissions médicales.

LIRE. Un canadien vient témoigner à Monaco : "Oui, on peut guérir de la schizophrénie !"

Des malades bien souvent oubliés, abandonnés à la marge de la société, et auxquels D’Amore Psy, dans le prolongement de l’action menée par le gouvernement monégasque, a décidé de tendre la main. D’accueillir, et d’accompagner dans leur réhabilitation. Un long chemin à parcourir sur un fil, avec la menace permanente de la rechute mais l’espoir de retrouver, un jour, l’équilibre.

Car le spectre des troubles mentaux est large et n’épargne aucune famille. Schizophrénie, troubles bipolaires, dépression, névrose, conduites addictives, anorexie… Autant de pathologies qu’il convient de "démystifier", selon Béatrice Latore. Le meilleur moyen ? S’exprimer, échanger, et (re) tisser des liens avec la société.

Sortir de l'isolement de la maladie

Certains, comme Karine Latore, la fille de Béatrice, parviennent à briser la glace eux-mêmes en témoignant par écrit de leurs expériences. D’autres, beaucoup, ont besoin d’un cadre, d’une structure pour les extirper de l’isolement né d’un trouble psychique.

D’où la création, en juin 2016, du Groupe d’entraide mutuelle monégasque (GEMM). Un lieu d’accueil de jour, non médicalisé, destiné aux personnes souffrant de troubles psychiatriques stabilisés. Situé avenue Pasteur, dans la montée vers le CHPG (immeubles des Caroubiers), cet appartement est un refuge pour une vingtaine d’usagers locaux.

Ouvert 7j/7, de 12 h à 18 h (jusqu’à 21 h le vendredi), le GEMM propose des activités de loisirs (esthétique, manucure, théâtre, cuisine… et désormais zumba) à ses adhérents. Des fidèles encadrés par deux éducatrices spécialisées salariées à temps plein, Anne et Mylène.

"Investi d'une responsabilité"

"Parce que personne n’est à l’abri d’un problème de santé mentale", D’Amore Psy profite aussi de son cocon pour organiser des groupes de parole et de soutien et garantit un accueil individualisé et discret sur rendez-vous.

En 2019, sept nouveaux adhérents ont ainsi rejoint la communauté du GEMM. Là où tous sont égaux et force de proposition dans le développement des activités. Là où chacun peut aussi se sentir investi d’une responsabilité (informatique, tri sélectif, gestion des instruments de musique…).

Le Festival "Gemm Music" reviendra d’ailleurs en juin à Cap-d’Ail. En 2019, pour la première édition, les adhérents étaient entourés du chanteur niçois Medi (Dime On Music).

Des voyages sont également organisés, voire des échanges avec des associations sœurs comme en Belgique. No Finish Line, Bain de Noël, sorties au Musée océanographique, concerts, Fête du citron, Festival du cirque, Festival de télévision… Rares sont les événements locaux où l’on ne croise pas les visages D’Amore Psy. L’association organise également tous les deux ans les Rencontres monégasques de la santé mentale, où les grands pontes de la psychiatrie débattent des avancées en la matière.

Prendre par la main

Autant d’initiatives qui s’inscrivent dans la continuité de l’effort étatique en la matière. Une unité de psychiatrie mobile (UPPM) a ainsi vu le jour en 2013 au cœur de la Roseraie Princesse-Grace. La mission du Dr Teixeira Dos Santos, cadre de santé, et son équipe : Aller au-devant des patients résidant à Monaco et atteints de pathologies mentales. Prendre par la main ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas se présenter d’eux-mêmes dans le service de psychiatrie du CHPG, dirigé par le Dr Valérie Aubin.

Créé en 2004, l’UPPM est placée sous la tutelle de la Direction de l’Action sanitaire et sociale et adjoint son action à celle du Centre de réhabilitation psychosociale, qui facilite la prise en charge des patients stabilisés, dans l’attente d’une réhabilitation.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.