Rubriques




Se connecter à

Covid-19: l'Angleterre repousse de quatre semaines la levée des dernières restrictions

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé lundi repousser de quatre semaines, jusqu'au 19 juillet, la levée des dernières restrictions instaurées en Angleterre pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, en raison d'une poussée de cas liée au variant Delta, initialement apparu en Inde.

AFP Publié le 14/06/2021 à 19:55, mis à jour le 15/06/2021 à 07:06
Illustration Royaume-Uni Photo D.R.

"Nous sommes très préoccupés par le variant Delta qui se propage plus rapidement que prévu dans la feuille de route de février", qui prévoyait une réouverture totale au 21 juin, a expliqué le dirigeant, qui préfère donc "attendre jusqu'au 19 juillet, pour donner au (service de santé) le temps supplémentaire nécessaire".

"Nous ne pouvons pas continuer (...) alors qu'il existe une réelle possibilité que le virus surpasse les vaccins et que des milliers de décès supplémentaires s'ensuivent", a plaidé Boris Johnson.

Il a expliqué vouloir donner au service de santé "quelques semaines cruciales" pour poursuivre la vaccination.

Retombées économiques

"Il faut être clair sur le fait que nous ne pouvons pas tout simplement éliminer le Covid, nous devons apprendre à vivre avec", a-t-il averti, estimant que la campagne d'immunisation devait le permettre.

 

L'objectif est désormais de proposer d'ici au 19 juillet une première dose à tous les adultes et deux doses à deux tiers des adultes, dont tous les plus de 50 ans et vulnérables.

Actuellement, près de 80% des adultes ont reçu une dose mais seulement 57% deux doses. Selon les études menées par les autorités sanitaires britanniques, les vaccins sont moins efficaces contre les formes symptomatiques du variant Delta que les autres variants avec une seule dose, mais deux doses des vaccins Pfizer ou AstraZeneca sont efficaces à plus de 90% contre les hospitalisations.

"Nous sommes engagés dans une course contre le virus et les vaccins doivent en prendre la tête", a insisté le conseiller scientifique du gouvernement, Patrick Vallance.

 

Le report annoncé lundi est très populaire au sein du public, inquiet de voir la situation se dégrader: selon un sondage de l'institut YouGov, 71% des personnes interrogées y sont favorables et 54% chez les 18-24 ans, moins à risque.

Il provoque cependant la furie d'une partie du camp conservateur de M. Johnson, remonté contre les atteintes interminables aux libertés, et la consternation dans les milieux économiques et culturels concernés.

La fédération de l'hôtellerie-restauration UK Hospitality a chiffré à trois milliards de livres (3,5 milliards d'euros) le manque à gagner du secteur avec un mois de report de la fin du déconfinement, s'inquiétant aussi d'"un effet ricochet sur les réservations tout l'été et en automne" et demandant de nouvelles aides publiques.

La Night Time Industry Association représentant le monde de la nuit estime qu'un quart des entreprises du secteur ne survivra pas à un mois de plus de fermeture sans nouveau soutien.

Elle craint de voir la main d’œuvre déserter durablement ces établissements.

 

Le célèbre compositeur Andrew Lloyd Webber, dont les comédies musicales comme "Cats" ou "The Phantom of the opera" ont remporté d'énormes succès à Londres et New York, a d'ores et déjà prévenu: il compte rouvrir son théâtre pour lancer sa production de "Cendrillon", quitte à risquer la prison.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.