“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Covid-19: "Il est trop tôt pour dire que l'histoire est finie", la violente charge d'une épidémiologiste contre le déconfinement

Mis à jour le 05/05/2021 à 08:17 Publié le 05/05/2021 à 08:15
La promenade du bord de mer, à Menton.

La promenade du bord de mer, à Menton. Photo J.-F. O.

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Covid-19: "Il est trop tôt pour dire que l'histoire est finie", la violente charge d'une épidémiologiste contre le déconfinement

Déconfine-t-on trop tôt? C'est en tout cas l'avis de la réputée épidémiologiste, Dominique Costagliola. Dans une interview accordée au Monde, elle explique qu'il "est trop tôt pour dire que l'histoire est finie".

"Les autorités ont décidé de ne pas suivre les données de la science", a-t-elle notamment dénoncé. 

Pour cette épidémiologiste, l'annonce du calendrier du déconfinement est prématurée. "Cela risque de favoriser dès à présent une moindre observance des mesures, dont le télétravail". Conséquence pour Dominique Costagliola: une reprise épidémique à venir. 

"Vous ne trouverez pas un seul pays au monde qui retienne comme seuil de déconfinement une incidence de 400 cas pour 100 000 habitants", a-t-elle confié. "Tous les autres pays retiennent des seuils beaucoup plus bas, 40 au Japon, 100 dans de nombreux pays. Ce seuil de 400 a été choisi car il était plausible que toutes les régions l’atteignent au 19 mai. Mais la probabilité pour que ça passe est toute petite."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.