Covid-19: avis négatif pour un nouveau traitement antiviral

Les autorités sanitaires françaises ont refusé vendredi l'accès précoce à un traitement antiviral contre des formes bénignes du Covid-19, le molnupiravir, jugeant son efficacité moindre que celle des traitements existants.

AFP Publié le 10/12/2021 à 21:05, mis à jour le 10/12/2021 à 21:01
Les pilules du traitement expérimental "molnupiravir" contre le Covid-19. Photo AFP

La Haute autorité de santé (HAS) "n'autorise pas l'accès précoce" du molnupiravir aux patients en France en "traitement curatif des formes légères et modérées de la Covid-19", annonce-t-elle dans un communiqué.

Ce médicament expérimental administré par voie orale est développé en France par une filiale du laboratoire américain Merck, MSD France, sous le nom de "Lagevrio".

MSD France demandait un accès précoce - procédure qui permet de prescrire rapidement un médicament - pour des adultes infectés par le virus SARS-CoV-2, présentant des formes légères à modérées mais ayant un facteur de risque de développer une forme sévère de la maladie.

Selon la HAS, "les résultats d'efficacité avancés par le laboratoire sont moins bons que ceux des traitements disponibles".

 

Ils ne réduiraient que de 30% les risques de progression de la maladie vers une forme grave, alors que certains anticorps monoclonaux sont efficaces à 80%.

Elle estime en outre que l'impact du traitement sur la réduction de la présence du virus chez le patient "n'est pas démontré".

Dans un communiqué, le laboratoire MSD France a "pris acte" de ce refus, en regrettant "que les données cliniques fournies à ce stade n’aient pas permis à la HAS" d'accéder à sa demande.

"L’efficacité démontrée par Lagevrio dans les essais cliniques a confirmé le bénéfice additionnel qu’il pouvait apporter à l’arsenal de lutte contre la pandémie de Covid-19, d’autant plus qu’il permet une prise en charge simple en ville", plaide notamment sa présidente, Clarisse Lhoste.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.