Rubriques




Se connecter à

Contagiosité du variant, délaissement des gestes barrières... Pourquoi l'épidémie de la Covid-19 repart à la hausse?

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Avec 78.000 nouvelles contaminations en 24 heures mardi 22 juin, et une hausse de 50% en une semaine, la France connaît un très fort rebond épidémique. La faute à qui?

Amandine Collongette Publié le 23/06/2022 à 17:00, mis à jour le 23/06/2022 à 15:16
Le service de réanimation aux urgences du CHU de Guadeloupe. Photo AFP

BA.5. C’est le nom du nouveau variant d’Omicron à l'origine de la poussée épidémique que connait actuellement la France. Sa particularité? Il circule particulièrement vite au sein de la population. 

Actuellement, le taux d'incidence est de 482 cas positifs pour 100.000 habitants et preuve que la poussée est très forte, Santé Publique France enregistre une progression de +50% des cas en une semaine.  

BA.5: un variant très contagieux

"On assiste à une évolution exponentielle. On va vers un pic assez marqué. Cela ne veut pas dire qu’il y aura plus de gens en réanimation ni une forte hausse de la mortalité, cela signifie que ce nouveau variant est particulièrement contagieux” explique le Dr Michel Chassang, médecin généraliste, Président d'honneur de la Confédération des Syndicats Médicaux Français.

Comme le rappelle Vincent Enouf, responsable adjoint du Centre National de Référence des virus des infections respiratoires à l’Institut Pasteur: "le mode de transmissibilité reste le même: c’est l’homme."

 

Un vaccin dont l’efficacité diminue dans le temps 

Plus le temps passe, plus l’efficacité du vaccin diminue: "nous faisons face à un épuisement immunitaire incontestable. Au bout de six à huit mois, l’efficacité du vaccin diminue fortement” assure le Dr Michel Chassang, médecin généraliste, Président d'honneur de la Confédération des Syndicats Médicaux Français.

Le vaccin contre le Covid-19 protège des formes graves mais n’empêche ni la prolifération ni la contraction de la maladie: "c’est un vaccin qui n’est pas efficace comme l’est celui de la poliomyélite où l’on sait que la protection est de 100%", ajoute le Dr Michel Chassang, médecin généraliste, Président d'honneur de la Confédération des Syndicats Médicaux Français.

En revanche, sachez que le fait d’avoir contracté le Covid-19 apporte une meilleure protection à l'organisme. "La population vaccinée et qui a été infectée a des anticorps plus valables, avec un système immunitaire plus résistant face à BA.5. On sait que les personnes qui ont été vaccinées mais qui n’ont pas été infectées ne sont pas protégées à 100% contre BA.5."

Les médecins conseillent fortement aux personnes fragiles et de plus de 60 ans, d’avoir recours au deuxième rappel, ce qui équivaut à la quatrième dose. 

Une fin trop prématurée des gestes barrières?

Vous l’avez constaté au quotidien, le port du masque n’est plus obligatoire, que ce soit dans les transports, dans les commerces, ou dans les entreprises.  Les médecins conseillent fortement aux personnes les plus fragiles de continuer à porter le masque dans les lieux clos pour mieux se protéger.

 

Y aura-t-il très prochainement un retour des restrictions pour lutter contre la propagation de ce nouveau variant?  Pour l’instant, médecins et spécialistes, ne se prononcent pas de manière catégorique sur le sujet. Pour freiner la prolifération du virus, les médecins rappellent qu’il reste essentiel de continuer à se tester, pour se protéger et protéger les plus fragiles.

 

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.