“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Cette maison de retraite lance un crowdfunding pour que les résidents se sentent comme à la maison

Mis à jour le 17/07/2019 à 15:52 Publié le 17/07/2019 à 16:00
Eléa Gaillard, psychologue à l'EHPAD du CHU de Nice à Cimiez: Nous aimerions que les personnes âgées ne se disent plus qu'elles vivent en milieu hospitalier mais dans une maison."

Eléa Gaillard, psychologue à l'EHPAD du CHU de Nice à Cimiez: Nous aimerions que les personnes âgées ne se disent plus qu'elles vivent en milieu hospitalier mais dans une maison." Photo Anaïs Delmas

Cette maison de retraite lance un crowdfunding pour que les résidents se sentent comme à la maison

L'équipe médicale de l'Ehpad de Cimiez du CHU de Nice, situé au 3e étage de l'hôpital, veut aménager des espaces "cosy" pour faire de leur "maison" un lieu de vie en créant un environnement plus chaleureux. Et ils ont besoin de vous!

"Ici, nous sommes un Ehpad au 3e étage d'un hôpital. Nous aimerions que les personnes âgées ne se disent plus qu'elles vivent en milieu hospitalier mais dans une maison." Et Eléa Gaillard, psychologue fraîchement arrivée à l'Ehpad du CHU de Cimiez fourmille d'idées pour y parvenir.

Avec l'équipe médicale, elle a lancé un projet de réaménagement.

"On ne dira plus la chambre 2024 mais mimosa"

"On veut rafraîchir les murs, on a déjà commencé à peindre les portes en vert, et renommer les chambres" précise la psychologue.

"On ne dira plus la chambre 2024 mais mimosa", renchérit Malek Zaafrane, médecin référent de l'unité.

Le grand projet c’est la création d’un salon de la convivialité et son coin tisanerie. Mis en oeuvre par des décoratrices spécialisées dans la décoration de services de gériatrie, cet espace prendra pour thématique le jardin et devrait regorger d’objets pour stimuler les sens (diffusion d’huiles essentielles, projection d’images apaisantes, musique douce...) et procurer un sentiment de bien-être. Comme à la maison.

Situé à l’entrée du service, ce salon c’est le lieu du lien social: là où patients, proches et personnel médical se croisent et peuvent échanger. Après l'aménagement, tout le monde pourra profiter de l’espace.

Pour financer cette initiative, ils ont lancé une campagne de financement participatif pour collecter 3.500 euros. 

Pour participer c'est ici que ça se passe.

Une démarche thérapeutique globale

Le chariot de réminiscence de l'EHPAD Cimiez sert à stimuler la mémoire émotionnelle et apaiser les patients.
Le chariot de réminiscence de l'EHPAD Cimiez sert à stimuler la mémoire émotionnelle et apaiser les patients. Photo Anaïs Delmas

"Ce projet s’inscrit non seulement dans une démarche esthétique et de socialisation des résidents mais également au sein d’une démarche thérapeutique" insiste Eléa Gaillard. Car ici, plus de la moitié des seniors sont atteints d’Alzheimer ou de troubles apparentés. L’orientation dans l’espace et le temps est un enjeu crucial pour prévenir les angoisses et diminuer les troubles du comportement.

"Dans ce salon on aimerait aussi mettre des plantes et proposer aux personnes âgées de venir arroser et ainsi de faire un peu d'horti-thérapie," s’enthousiasme la spécialiste.
L'équipe s'est déjà engagée dans une approche "non médicamenteuse" des troubles du comportement. Avec notamment un "chariot" de réminiscence: une mélodie harmonieuse, une photo d’époque ou encore une odeur sont autant de façons de stimuler la mémoire émotionnelle, encore présente chez ces patients.
Pour apaiser ses résidents en évitant de recourir aux médicaments, l’EHPAD de Cimiez propose des méthodes alternatives.

On y consacrera un reportage dans notre dossier Comment mieux prendre soin de nos aînés.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct