“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Ces restaurants bien connus de Monaco ont été sanctionnés car ils n’ont pas respecté les règles sanitaires

Mis à jour le 26/12/2020 à 18:54 Publié le 26/12/2020 à 18:54
Le Beef Bar a dû être fermé tout comme Planet Sushi, la Brasserie de Monaco et Le Huit et demi.

Le Beef Bar a dû être fermé tout comme Planet Sushi, la Brasserie de Monaco et Le Huit et demi. Photo Jean-François Ottonello

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Ces restaurants bien connus de Monaco ont été sanctionnés car ils n’ont pas respecté les règles sanitaires

Fermetures administratives, contraventions... Les restaurateurs qui n’ont pas respecté les règles sanitaires ont été contraints de baisser le rideau à Monaco. La sanction peut aller de quatre à sept jours.

Il y avait déjà eu le Quai des Artistes du 16 au 23 novembre dernier. C’est ce samedi le Huit et demi et la Brasserie de Monaco à La Condamine, Planet Sushi sur le port Hercule et le Beef Bar à Fontvieille qui se sont vus contraints de baisser le rideau pour non-respect des règles sanitaires liées à la pandémie de covid-19.

Ils ont appris la décision de leur fermeture administrative quelques heures avant Noël. Une sanction allant de quatre à sept jours selon les établissements.

Cette décision fait l’objet d’un arrêté ministériel qui sera publié demain lundi au Journal de Monaco. Elle intervient "en raison de plusieurs manquements répétés et malgré des rappels à l’ordre précédents" a précisé le gouvernement princier dans un communiqué.

Une fermeture administrative, c’est bien sûr la sanction ultime. Les restaurateurs auraient-ils du mal à appliquer les règles ? "Beaucoup de personnes ont eu des contraventions, souligne Alberte Escande, présidente de l’Association des Industries Hôtelières Monégasques. Nous avons eu un cahier des charges sanitaires. Il faut le suivre. Le gouvernement monégasque a fait beaucoup pour conjuguer impératifs sanitaires et vie économique. Je suis en contact avec des restaurateurs français. Ce n’est pas du tout la même chose pour eux. Ils souffrent terriblement."

21 contraventions

Entourée d’un pays où tous les restaurants sont fermés, proche de l’Italie qui est de nouveau confinée jusqu’au 6 janvier, la Principauté fait figure d’exception. "À Monaco, on ne souffre pas", lance Alberte Escande.

Il suffit de constater combien il est indispensable de réserver une table, parfois plusieurs jours à l’avance, pour mesurer le succès des restaurants monégasques.

Et l’enthousiasme des clients, venus parfois de tout le département, a peut-être poussé les commerçants à enfreindre les règles.

Les agents de la Sûreté publique et de la direction de la Sécurité sanitaire et alimentaire ont visité en début de semaine une soixantaine d’établissements dans différents quartiers. "L’objectif était de s’assurer du bon respect des mesures sanitaires. Au total, 21 contraventions ont été dressées pour différents manquements. La majorité d’entre eux concernaient le non-port du masque par des membres du personnel des établissements et le non-respect de la distance de 1,5 mètre entre les tables".

Les règles en vigueur pour les restaurants sont maintenant connues de tous : ouverture possible entre 11 h et 15 h et entre 19 h et 21 h 30 ; réservations obligatoires ; distance d’un mètre et demi entre chaque table ; limitation des tablées à six convives ; obligation de porter le masque en permanence pour le personnel et pour le client lorsqu’il quitte la table.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.