“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ces 4 innovations médicales présentées à Monaco et qui vont changer la vie des patients

Mis à jour le 31/05/2018 à 21:19 Publié le 01/06/2018 à 07:04
Les chirurgiens peuvent désormais s'entraîner avec un casque virtuel et être projetés, par exemple, sur un théâtre de guerre pour apprendre dans des conditions de stress extrêmes.

Les chirurgiens peuvent désormais s'entraîner avec un casque virtuel et être projetés, par exemple, sur un théâtre de guerre pour apprendre dans des conditions de stress extrêmes. Photo Jean-François Ottonello

Ces 4 innovations médicales présentées à Monaco et qui vont changer la vie des patients

Depuis jeudi, des centaines de professionnels du milieu médical sont rassemblés autour de la thématique de la santé connectée au salon e-HealthWorld de Monaco. La santé de demain... et d’aujourd’hui

À l’occasion du e-HealthWorld 2018, salon mariant santé et technologies inauguré jeudi par le prince Albert II, nous avons sélectionné quatre innovations qui changeront radicalement le quotidien des professionnels de santé et des patients. Explications.

1. La réalité virtuelle pour s’entraîner à opérer


Il existait le simulateur pour répéter les gestes méticuleux d’un chirurgien. L’intérieur du corps projeté sur écran, comme lors d’une vraie opération.

Désormais, c’est avec un casque de réalité virtuelle que l’on peut recréer tout un environnement médical. L’innovation de Twin Medical (Angers) a été présentée en avant-première à Monaco.

"Au-delà du pur geste technique à peaufiner, la réalité virtuelle permet aux apprenants – des internes ou des professionnels avertis – d’interagir avec le personnel médical: l’infirmière pour les instruments, l’anesthésiste pour le monitoring et le suivi des patients", confie Jérôme Esteves de Twin Medical.

En un clic, les lieux se transforment en salle de chirurgie dans un théâtre de guerre. Puis reviennent dans une configuration standard pour une opération de l’appendicite ou d’hystérectomie.


"L’idée est de tester la résistance de l’apprenant en venant le perturber, en lui posant des questions. Il est possible, aussi, de s’entraîner sur du nouveau matériel, de nouvelles techniques opératoires. Selon une étude, aux États-Unis l’erreur médicale est la 3e cause de mortalité derrière le cancer et les maladies cardiovasculaires. Les patients n’ont plus envie d’être le cobaye d’apprentissage…"

2. Pepper, le robot facilitant le retour
à domicile


Un robot humanoïde d’un mètre vingt. Répondant au doux nom de Pepper. Mignon tout plein, capable de converser et de comprendre les humains. Conserto a développé plusieurs applications pour cette machine pensée par SoftBank Robotics.

"Faire de l’accueil à l’hôpital pour, par exemple, limiter l’effet anxiogène de l’attente avant une anesthésie. Ou en cabinet médical avec une saisie administrative et des questions de prédiagnostic", liste Nicolas Plougastel, fondateur de cette société nantaise.


Dernière solution en développement: Robod’Home. Ou comment accompagner le retour à domicile d’une personne âgée après une opération.

"Il vérifie si le patient a des douleurs, fait le lien avec le médecin et l’ergothérapeute, vérifie s’il a bien pris ses médicaments et fait ses exercices, lui rappelle de manger et boire, peut transmettre des vidéos du médecin…", liste-t-il.
Un pense-bête, en somme, qui fait aussi et surtout office de compagnon de vie.

3. des Mannequins bourrés d’électroniques pour répéter les bons gestes


"Les erreurs médicales sont souvent dues à un dysfonctionnement de l’équipe et pas d’une erreur individuelle."

De ce constat, Cécile Monteil, directrice médicale à iLUMENS – département de simulation en santé à Paris Descartes – propose à des jeunes étudiants de s’entraîner sur des mannequins humanoïdes truffés d’électronique.

Et ce, dans une chambre d’hôpital reconstitué. "On les forme aux gestes techniques comme une ponction lombaire dans le dos. On le fait 25 fois jusqu’à la maîtrise parfaite. L’objectif est de ne jamais faire une première fois sur un patient, explique-t-elle. On peut faire convulser le mannequin, le faire parler. On fait travailler une équipe complète sur un cas de crise cardiaque pour travailler la communication interprofessionnelle. C’est un apprentissage par l’erreur pour être prêt le jour J."

4. Un jumeau virtuel qui prend
les médicaments
à votre place


La société niçoise ExactCure a créé un jumeau digital du patient, sorte de clone avec les mêmes caractéristiques (sexe, âge, poids, antécédents médicaux, traitements…), qui avale le médicalement avant vous.

L’objectif : maîtriser la posologie pour assurer une sécurité thérapeutique et un usage optimal du médicament.


La suite du direct