Rubriques




Se connecter à

Ce que disent les chiffres sur la crise sanitaire à Monaco

Depuis le début de l’épidémie, la Principauté a enregistré 12.216 cas confirmés de covid-19, dont 57 décès. Dans une étude, l’IMSEE décortique les conséquences sanitaires et économiques de la crise.

Marie Cardona Publié le 12/07/2022 à 09:10, mis à jour le 12/07/2022 à 08:45
Plus de deux tiers des résidents décédés depuis le début de la crise étaient âgés de 80 ans et plus. Photo Jean-François Ottonello

Combien de personnes ont contracté le covid depuis le début de la crise sanitaire? Combien ont été hospitalisées? Combien sont décédées? Dans son "Observatoire des impacts de la crise sanitaire liée à la Covid-19 (retrouvez l’étude complète sur le site de l’IMSEE: www.imsee.mc , ndlr)", l’Institut monégasque de la statistique et des études économiques (IMSEE) revient sur les principaux indicateurs sanitaires de ces deux dernières années.

755 recontaminations

Objectif? "Mesurer les conséquences sanitaires et économiques de l’épidémie en Principauté", souligne l’IMSEE dans son étude. Entre mars 2020 et le 31 mai 2022 (date à laquelle les données de l’étude ont été arrêtées), 12.216 cas de covid-19 ont été détectés parmi les résidents de Monaco, dont 755 "recontaminations". "Chaque année, l’âge moyen des personnes infectées est en baisse, passant ainsi de 46,2 ans en 2020 à 39,7 ans en 2021 et 39,4 ans en 2022."

Au total, seul 4,2% de ces cas (soit 519) ont nécessité une hospitalisation, dont 61 en réanimation. "La durée moyenne des hospitalisations est de 12,7 jours au global et de 11,6 jours pour les patients n’ayant pas fait de séjour en réanimation", note l’institut de la statistique, qui rappelle: "La part des hospitalisations augmente avec l’âge. Depuis le début de l’épidémie, 13,6 % des cas âgés entre 70 et 79 ans sont hospitalisés, près de la moitié après 80 ans".

84,5 ans, l’âge moyen des décès

Cinquante-sept décès - 29 hommes et 28 femmes - ont été attribués à la crise depuis mars 2020, soit 0,5% des cas détectés parmi les résidents monégasques. "L’âge moyen au décès est de 84,5 ans. Plus de deux tiers des résidents décédés étaient âgés de 80 ans et plus."

 

Depuis la publication de ce rapport, les contaminations s’envolent à nouveau en France, mais restent pour l’heure "plus contenues à Monaco que dans les régions voisines", assurait lundi dernier le gouvernement dans un communiqué.

Pour autant, le taux d’incidence (le taux d’incidence, soit le nombre de personnes positives ramené sur une base de 100.000 personnes sur la période des 7 jours écoulés., ndlr), s’affiche à 994 au 10 juillet 2022, contre 148 il y a un mois.

Pour l’heure, le gouvernement n’a pas pris de nouvelles mesures sanitaires. Seul le port du masque est "fortement recommandé" dans les transports en commun et lieux très fréquentés.

Le chiffre d’affaires du 1er trimestre 2022 surpasse celui d’avant-crise

Le premier trimestre 2022 confirme la reprise observée en 2021. Le chiffre d’affaires de la Principauté, hors activités financières et d’assurance, atteint un nouveau record de près de 4 millions d’euros. Il affiche une nette croissance par rapport à la même période l’année dernière (+15,6%) et surpasse même son niveau d’avant-crise (+14,7% par rapport à 2019).

"À l’échelle sectorielle, la plupart des grands secteurs d’activité ont retrouvé leur niveau de 2019 et 9 sur 11 sont en hausse vis-à-vis de l’année dernière", note l’IMSEE.

Le commerce de gros et la construction en progression

Parmi les secteurs en progression : le commerce de gros est le premier secteur à contribuer au résultat global du premier trimestre 2022 "grâce à une hausse de 181,3Me".

Déjà observée en 2021, la progression du secteur de la construction (+20,3% de chiffres d’affaires) s’accélère "au travers des travaux de maçonnerie générale et de gros œuvre de bâtiment et de la promotion immobilière de logements. Les travaux préparatoires des importants projets de construction monégasques étant désormais achevés, cela explique la perte de chiffre d’affaires du génie civil (-24,7%) au profit des travaux de construction spécialisés (maçonnerie, travaux de finition, etc)".

Reprise encore difficile pour l’hôtellerie-restauration et l’immobilier

Particulièrement affecté par la crise sanitaire, le secteur de l’hébergement restauration "se redresse drastiquement mais n’atteint pas son niveau de 2019 (125,3Me contre 161,7Me) en raison, notamment, du résultat de l’hébergement (-35,3M€)", analyse l’IMSEE.

Mais le début de la saison estivale laisse augurer de meilleurs résultats pour le 2nd trimestre. "Nous avons tous encore en tête les très beaux résultats du Grand Prix de Formule 1 et des Grands Prix qui l’ont précédé. La saison d’été se présente de manière assez exceptionnelle. Nous avons des taux de remplissage qui, parfois, dépassent ceux de l’année 2019. Le Grimaldi Forum retrouve les congressistes. Et nous tous, nous retrouvons des couleurs", a déclaré Jean Castellini, conseiller de gouvernement-ministre des Finances et de l’Economie, à l’occasion du rendez-vous des adhérents du Monaco Economic Board le 20 juin.

Enfin, si le secteur des activités immobilières progresse, son chiffre d’affaires "reste bien en deçà de 2019 en raison particulièrement de la location des terrains et autres bien immobiliers", qui accuse une chute de 43,6%.

Embellie pour l’emploi

"À la fin de l’année 2021 et après près de deux ans de pandémie, le nombre d’emplois actifs (dont CTTR avec au moins 1h travaillée inclus) dépasse pour la première fois son niveau d’avant-crise, atteignant pratiquement les 57.000 au mois de décembre. Cette embellie se confirme au 1er trimestre 2022 avec près de 56 800 emplois (en hausse de 10,5 % par rapport à un an auparavant)", détaille l’IMSEE.

Le chiffre

500. C’est le nombre de 2es rappels de vaccin administrés à Monaco au 31 mai 2022. En tout, 79.832 injections de vaccins ont été administrées en Principauté (premières et deuxièmes doses, doses uniques et 1ers et 2es rappels de vaccins inclus).

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.