“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ça bouge dans notre région Monaco : départ samedi de la 20e No Finish Line

Mis à jour le 10/11/2019 à 10:18 Publié le 10/11/2019 à 10:18

Ça bouge dans notre région Monaco : départ samedi de la 20e No Finish Line

Dans vos villes, on innove, on s’équipe, on appelle à la solidarité… Nous nous en faisons l’écho

Le deuil, la séparation, l’endettement, la dépression ou même l’isolement social...les aléas de la vie peuvent mettre à mal notre équilibre et notre bien-être. Afin de veiller à la santé mentale des habitants et d’améliorer les conditions de prises en charge des personnes atteintes de troubles psychiatriques, la ville de Menton va créer un Conseil local de santé mentale (CLSM) d’ici la fin de l’année. Il s’agira du huitième espace de concertation du département et du deuxième à l’est avec celui de Roquebrune-Cap-Martin. Cet espace local permettra la coordination de la ville de Menton et son centre communal d’action sociale (CCAS) avec le centre hospitalier Sainte-Marie, la protection maternelle et infantile (PMI) et l’Agence régionale de santé (ARS) PACA. Au fil du temps, et selon les cas à l’étude, le CLSM pourra s’élargir pour inclure les professionnels de santé, les acteurs sociaux et médico-sociaux, les usagers, les aidants et tous les acteurs locaux concernés (police, justice, éducation, associations...).

La première édition de la No Finish Line, course caritative organisée par l’association Children & Future, avait rassemblé 750 participants qui avaient parcouru 9 000 km. La 19e, l’an passé, plus de 15 600 personnes et plus de 432 670 km… et pour cette édition anniversaire, de nouveaux records sont attendus ! Depuis le lancement de cette aventure, ce sont 126 045 coureurs et marcheurs qui ont permis de reverser 3 666 941 € à des projets en faveur d’enfants démunis ou malades.

Le principe de la No Finish Line est de courir ou marcher sur un circuit balisé de 1 370 m dans le quartier de Fontvieille à Monaco, 24h/24 du 16 au 24 novembre. L’inscription est unique durant toute la durée de la course (12€ pour les adultes et 6€ pour les moins de 10 ans ; caution puce individuelle de 10€). A chaque kilomètre parcouru, 1 euro est reversé pour des actions. Pour ses 20 ans, cette course se lance de nouveaux défis : parcourir 450 000 km et accueillir 16 000 participants.

childrenandfuture.com/no-finish-line/

Pour son trentième anniversaire, l’Institut de pharmacologie moléculaire et cellulaire (IPMC), prestigieux centre de recherches azuréen, a choisi d’ouvrir, vendredi 15 novembre, prochain ses portes au public, et plus particulièrement à toutes les associations et fondations qui apportent leur soutien financier à ses équipes de chercheurs. Au programme, visite des laboratoires mais surtout présentation (vulgarisée) des recherches conduites au cours des dix dernières années, et financées en partie grâce à ces dons. Des aides précieuses « alors que la recherche française souffre d’un manque chronique de financements, contraignant les scientifiques à consacrer une part importante de leur activité à la recherche de… fonds », rappellent Jean-Louis Nahon et Florian Lesage, respectivement directeur et DA de l’IPMC. Joliment intitulée « Du don à la découverte... et aux médicaments », cette journée sera notamment l’occasion de connaître les avancées réalisées par les chercheurs sophipolitains dans le champ de la douleur, d’Alzheimer, des maladies auto-immunes ou encore du cancer. Rens. : www.ipmc.cnrs.fr/ ou Tel : 04.93.95.77.77.

Les équipes du CHU de Nice ont été mises à l’honneur à l’occasion d’une petite cérémonie. L’objectif : souligner la qualité de leur travail, qui leur a permis d’obtenir une médaille d’or au concours du meilleur menu santé responsable, dans le cadre de la 5e Journée nationale de l’alimentation en établissements de santé (JNAES). Cette année, le concours a pris une dimension toute particulière. En effet, l’adoption en octobre 2018 de la loi Egalim prévoit qu’à partir de 2022, la restauration hospitalière devra intégrer dans ses menus 50 % de produits issus d’une production durable et 20 % de bio.

N.C.
(DR)

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.