“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Au 3e Salon de l'e-santé, la médecine du futur sera de plus en plus connectée

Mis à jour le 07/06/2017 à 12:03 Publié le 07/06/2017 à 05:12
Le prince Albert II a essayé les hololens qui permettent de créer les hologrammes pour interpréter les images radiologiques et aider les chirurgiens à opérer.

Le prince Albert II a essayé les hololens qui permettent de créer les hologrammes pour interpréter les images radiologiques et aider les chirurgiens à opérer. Photo Lionel Puisais

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Au 3e Salon de l'e-santé, la médecine du futur sera de plus en plus connectée

La troisième édition du congrès d'e-santé e-healthworld Monaco a présenté nombre d'avancées technologiques dans le domaine de la santé et du bien-être

La 3e édition du congrès d'e-santé e-healthworld Monaco, organisé par le Dr Charles Nahmanovici et son équipe au Fairmont Hotel, a accueilli le prince Albert II qui a découvert les multiples propositions technologiques au service de la médecine. C'était également la première sortie publique de Didier Gamerdinger, tout nouveau conseiller de gouvernement-ministre des Affaires Sociales et de la Santé.

Le robot Pepper a ainsi souhaité la bienvenue au Prince puis a engagé le dialogue. La machine à la forme d'un sympathique petit bonhomme a montré que les robots peuvent aider le personnel de santé dans la plupart des tâches annexes laissant aux médecins et soignants plus de disponibilité pour les patients.

L'intelligence artificielle au service de l'humain

Le souverain a également assisté à la session sur les organes de substitution où ont été décrits les dispositifs permettant de récupérer les fonctions auditive, cardiaque et visuelle, ainsi que la régulation du diabète par pompe à insuline.

Place ensuite au test des hololens qui permettent de créer les hologrammes pour interpréter les images radiologiques et aider les chirurgiens à opérer.

Et pour immortaliser ce moment souverain, Albert II a pu également écrire sur la blockchain d'e-healthworld un message qui, selon les critères de cette nouvelle technologie, sera donc éternel.

Pépinière de talents et foisonnement d'idées et de curiosités, le congrès s'est également intéressé à l'avenir des imprimantes 3D au service de la santé, à l'utilisation des objets connectés pour la beauté, à l'évolution du métier de pharmacien.

Une session était également dédiée à la place de l'e-santé en Afrique.

Le Professeur Marcelle Machluf de l'Université du Technion a détaillé, quant à elle, la technique née dans son laboratoire. Une technique qui utilise les nanotechnologies pour amener les produits (notamment la chimiothérapie) directement sur leur cible, éliminant ainsi tout effet secondaire sur les cellules saines voisines.

Enfin, le congrès a été l'occasion de découvrir les projets et objectifs de l'Incubateur-accélérateur Monaco Tech, géré par Monaco Telecom pour le compte de l'État Monégasque, qui a pour vocation d'encourager la création et le développement d'entreprises innovantes sur Monaco. La SAM, dirigée par Fabrice Marquet, et partenaire de e-healthworld Monaco, vient tout juste de commencer son activité et promet de pouvoir accueillir jusqu'à une dizaine de start-up.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.