“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

À Monaco, les vacances anticipées ne font pas l'unanimité

Mis à jour le 05/04/2021 à 12:14 Publié le 05/04/2021 à 12:14
Les 5.575 élèves de la Principauté ne seront pas restés longtemps dans l’expectative.

Les 5.575 élèves de la Principauté ne seront pas restés longtemps dans l’expectative. Photo Jean-François Ottonello

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

À Monaco, les vacances anticipées ne font pas l'unanimité

Le président du Conseil national, Stéphane Valeri, est revenu à la charge, ce dimanche, pour regretter que des solutions alternatives de garde n’aient pu être proposées aux enseignants français

Il y avait nécessité de trancher rapidement, pour laisser le temps aux parents d’élèves et professeurs de rebondir, d’aménager leurs emplois du temps personnels.

Après une journée de concertation avec la Direction de l’Éducation nationale, le monde enseignant, les représentants de parents d’élèves et élus nationaux, le gouvernement princier a donc choisi, ce samedi, d’avancer les vacances scolaires à Monaco du 9 au 26 avril (au lieu du 22 avril au 10 mai), pour les synchroniser avec la France.

Contrairement à la France, les cours seront dispensés en présentiel du mardi 6 au vendredi 9 avril. La rentrée scolaire s’effectuera également en présentiel pour tous les niveaux, le 26 avril au matin.

La pilule ne passe pas pour tout le monde

Une décision acceptée par l’Association des parents d’élèves de Monaco, bien que la "très grande majorité" des parents y étaient opposés selon leur représentante, Martine Ackermann, toutefois satisfaite "d’avoir été entendu" par l’exécutif et d’avoir reçu la confirmation que les centres aérés resteront ouverts en Principauté.

Côté profs, nos interlocuteurs font valoir leur droit de réserve. Les avis divergent, forcément, mais avec la forte proportion d’enseignants français en poste en Principauté (67 %) les dés étaient en quelque sorte pipés et l’option du statu quo non majoritaire.

En revanche, la pilule ne passe pas du tout du côté du président du Conseil national, Stéphane Valeri, et du président de la Commission de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, Marc Mourou.

Samedi, les deux élus considéraient que ce choix met "en difficulté les familles de Monaco" et va "engendrer des difficultés dans l’organisation des entreprises de la Principauté".

"D’autres lieux auraient pu être utilisés"

Ce dimanche, ils sont revenus à la charge sur la question des solutions alternatives de garde qui auraient pu être mises en œuvre au bénéfice des professeurs et personnels d’établissements scolaires, pour compenser un décalage de leurs vacances avec celles de leurs propres enfants scolarisés en France.

"Bien que le Grimaldi Forum utilise un espace pour la vaccination, il en existe d’autres en son sein très vastes dont l’espace Diaghilev. D’autres lieux auraient pu être aussi utilisés tels que le chapiteau de Fontvieille, la Salle des Étoiles et plusieurs vastes salles d’hôtels actuellement non occupées au Fairmont, au Méridien ou au Monte-Carlo Bay par exemple.

Mais surtout, puisque les centres aérés restent ouverts en Principauté et peuvent accueillir les enfants des résidents qui travaillent, pourquoi alors ne pas avoir prévu de les ouvrir en cas de vacances différenciées, aux enfants des parents enseignants français qui n’auraient pu trouver de système de garde par leurs propres moyens, pendant que nos enfants auraient eux été à l’école?

Ceci aurait permis de ne pas bouleverser le calendrier au dernier moment, avec tous les tracas que cela engendre, alors qu’il existe d’autres périodes comme les vacances d’été ou la différenciation de notre calendrier n’avait jusqu’ici pas créé de problèmes ou fait débat."

Des propositions qui n’auront pas eu le temps d’être soumises au gouvernement, qui avait fait son choix.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.