A Monaco, les soignants suspendus car non-vaccinés ne seront pas réintégrés

En pleine crise sanitaire, à l’instar de la France, le gouvernement princier avait déposé un projet de loi obligeant les soignants de la Principauté à se faire vacciner pour continuer d’exercer leurs fonctions. Qu'en est-il ?

Article réservé aux abonnés
T. Parat Publié le 07/11/2022 à 19:15, mis à jour le 06/11/2022 à 17:23
Au total, la suspension de soignants ayant refusé de se faire vacciner contre la Covid-19 concerne 18 personnes auCHPG. Archives Jean-FrançoisOttonello

Votée au Conseil national, la loi n°1.509 du 20 septembre 2021 avait été mise en œuvre à compter du 30 octobre de la même année, et ce pour une durée de 18 mois.


Alors que le coronavirus circule de façon moins virulente, en Principauté comme ailleurs, l’exécutif monégasque envisage-t-il de réintégrer ces soignants ?

Ceux présentant une contre-indication ont été maintenus

Selon nos informations, ils sont 18 au Centre hospitalier Princesse-Grace. "Tant que les mesures exceptionnelles perdurent, l’obligation vaccinale se maintient", répond Christophe Robino, conseiller de gouvernement-ministre des Affaires sociales et de la Santé, sollicité sur le sujet ce jeudi en conférence de presse. À l’issue des 18 mois prévus par la loi, [le 30 avril 2023, N.D.L.R.] on réexaminera si on doit la maintenir ou pas. La deuxième condition pour lever cette obligation vaccinale, c’est de lever les mesures ministérielles concernant la crise Covid-19." Ce que le gouvernement princier n’entend pas faire pour l’heure.


La loi exemptait, toutefois, les soignants présentant une contre-indication à la vaccination, "une cause indépendante de leur volonté". "Ceux-là ont été maintenus en fonction avec des mesures de précaution renforcées et ne sont pas en contact avec des personnes fragiles", explique Christophe Robino

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.