“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

À Monaco, les seniors sont maintenus à domicile de plus en plus longtemps

Mis à jour le 14/04/2021 à 20:51 Publié le 14/04/2021 à 20:25
Le ministre d’État, Pierre Dartout, a inauguré les lieux.

Le ministre d’État, Pierre Dartout, a inauguré les lieux. Photo Sébastien Botella

Monaco-matin, source d'infos de qualité

À Monaco, les seniors sont maintenus à domicile de plus en plus longtemps

Installé désormais à la Condamine pour plus de visibilité, le centre de coordination gérontologique entend être le guichet unique pour les plus de 60 ans en perte d’autonomie. Et dans le même temps, l’âge moyen d’entrée en institution pour la population monégasque a augmenté.

Passé du bas du boulevard du Jardin exotique à l’avenue Princesse-Florestine c’est déjà un grand pas en termes de visibilité.

C’était la volonté du département de la Santé en changeant d’adresse le centre de coordination gérontologique (CCGM). L’établissement est désormais installé dans le quartier de la Condamine et a gagné au passage des mètres carrés supplémentaires pour développer son activité.

Initié en 2006 pour répondre à la problématique du vieillissement de la population, le centre a été pensé comme un guichet unique accessible à toute personne âgée de plus de 60 ans en perte d’autonomie physique ou cognitive, résidant en Principauté.

En passant la porte du CCGM, les usagers recherchent d’abord des solutions.

"La demande essentielle, c’est le besoin d’intervenants à domicile, un besoin pour faire son lit ou faire ses courses, premier révélateur d’une perte d’autonomie", détaille Philippe Migliasso, qui coordonne le centre.

"Le premier maillon c’est un guide d’entretien pour cibler la demande et amener la personne à s’exprimer sur ses besoins. Puis nous donnons une orientation médicale ou sociale et nous proposons une prise en charge la plus personnalisée possible".

Faire face aux maladies neuro dégénératives

L’équipe de médecins et d’assistantes sociales consulte aussi l’entourage du patient.

"Les pathologies neuro-dégénératives touchent toute une cellule familiale. Bien souvent les aidants familiaux arrivent à un point de détresse, un sentiment d’impuissance. Tout notre travail, avec des entretiens individualisés, tient à ce qu’ils soient écoutés et entendus. Parfois, l’aidant familial va à sa vitesse, la personne malade à la sienne. À nous, en tant que professionnels d’harmoniser cette écoute", souligne Philippe Migliasso.

Harmoniser l’écoute et faciliter la tâche administrative, c’est la mission du CCGM depuis 2006, qui reste parfois inconnue par certains.

"Toutes les compétences pour la prise en charge de ces pathologies ont toujours existé en Principauté, ce qui a été le plus difficile c’est de créer des liens", continue le coordinateur. "L’aidant familial, en s’adressant chez nous quand il est désemparé peut éviter de courir dans plusieurs bureaux. Ici nous centralisons tout et nous épargnons au niveau du temps, de l’énergie dépensée".

Les nouveaux locaux installés rue Florestine, dans les anciens bureaux de l’Inspection du Travail.
Les nouveaux locaux installés rue Florestine, dans les anciens bureaux de l’Inspection du Travail. DR

Le maintien à domicile favorisé

La nouvelle localisation géographique de cette pierre angulaire du réseau gérontologique de la Principauté, entend miser sur cette visibilité pour que la population passe plus facilement les portes du centre, afin de favoriser la prévention et le maintien à domicile tant que faire se peut.

"La force de la prévention c’est d’éviter de recevoir les personnes en situation de crise et devoir décider une entrée en institution. Parfois il aurait été possible de différer des décisions d’entrée en institution avec un bon accompagnement", ajoute Sandrine Louchart de la Chapelle.

Si le centre est ouvert aux personnes dès soixante ans, la cible des patients est plutôt autour de 85 ans. "Pour autant, l’âge de bascule médian dans la perte d’autonomie est de 75 ans", confirme Sandrine Louchart de la Chapelle, médecin chef de service de la filière gériatrique.

"Et nous nous rendons compte qu’au niveau des pathologies neuro-dégénératives, sur des patients plus jeunes, on peut avoir une perte d’autonomie avec une rapidité d’évolution de la maladie plus fulgurante".

Le chiffre: 87 ans

C’est l’âge moyen d’entrée en institution pour la population monégasque. Une moyenne qui a augmenté depuis quelques années.

À la création du centre de coordination gérontologique, elle était de 80 ans, mais depuis 2006, la politique de maintien à domicile à fait ses preuves.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.