Rubriques




Se connecter à

À la veille de l'obligation vaccinale, 84% des professionnels de santé vaccinés

Dès mercredi 15 septembre, de nombreuses professions ne seront plus autorisées à travailler si elles ne présentent pas la preuve qu’elles ont reçu au moins une dose de vaccin. Mais elles ont, dans l'ensemble, donné l'exemple.

La rédaction Publié le 14/09/2021 à 17:24, mis à jour le 14/09/2021 à 17:30
Les soignants sont donc en tête de "l'effort vaccinal" souhaité dès mi-juillet par le gouvernement. Photo Cyril Dodergny

Alors que certains personnels soignants se mobilisaient encore, il y a à peine une semaine, contre l'obligation vaccinale contre la Covid (notamment à Nice), elle entrera en vigueur à partir de ce mercredi 15 septembre. 

Dès ce jour, de nombreuses professions, dont les kinés, ne seront plus autorisées à travailler si elles ne présentent pas la preuve qu’elles ont reçu au moins une dose de vaccin. Cependant, il ne faut pas oublier que la couverture vaccinale des professionnels soignants dépasse de loin le pourcentage moyen de la couverture vaccinale française, jusqu'ici. 

Les soignants parmi les personnes plus vaccinées de France

Au 7 septembre 2021, chez les personnels de santé, "les couvertures vaccinales atteignaient 83,9% pour une vaccination complète chez les professionnels en Ehpad ou USLD (unités de soins de longue durée), 84,1% chez les personnels soignants salariés en établissements de santé et 91,1% chez les professionnels libéraux", annonce Santé Publique France. Des chiffres qui ont encore progressé depuis le 31 août, date du précédent point épidémiologique.

À la même date, cette estimation officielle était de 68,3% pour une vaccination complète (73,2% pour ceux ayant reçu au moins une dose). Et même en limitant les données aux personnes de 12 ans et plus, la France en est à 85% de première dose, et 79,3% de circuit vaccinal complet. Les soignants sont donc en tête de "l'effort vaccinal" souhaité dès mi-juillet par le gouvernement, et mis en branle par l'arrivée du pass sanitaire, toujours décrié.

 

Quid des réfractaires?

Reste à savoir ce que vont devenir les soignants qui ont promis de "résister" à l'injonction vaccinale, quitte à perdre leur emploi. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, avait annoncé il y a quelques jours qu'il serait "d'une fermeté totale", annonçant même la présence de contrôles pour éviter les arrêts de complaisance.

Mardi matin, Karine Lacombe, infectiologue et cheffe du service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine à Paris, le répétait sur BFMTV: "Si on ne veut pas se faire vacciner en étant soignant, on change de métier". Ajoutant toutefois "c'est un choix que l'on respecte. Je ne veux pas juger de la responsabilité des soignants qui ne veulent pas se faire vacciner".

Certains soignants s'insurgent pourtant toujours contre l'obligation vaccinale, et contre les conséquences qui pourraient découler d'un non-respect des règles. Une manifestation aura d'ailleurs lieu le mercredi 15 septembre à 13h, devant l'hôpital Pasteur à Nice, "contre la mise à pied du personnel soignant", a annoncé mardi le groupe Live Motard 06 sur son groupe Facebook.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.