“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Xavier Beck aux côtés du sélectionneur du XV de France

Mis à jour le 29/07/2019 à 10:10 Publié le 29/07/2019 à 10:09
Le maire Xavier Beck avec le sélectionneur de l’Equipe de France de Rugby Jacques Brunel (à gauche).	(DR)

Xavier Beck aux côtés du sélectionneur du XV de France

Après une période d’entraînement au stade Louis II, l’équipe de France de Rugby était à Cap-d’Ail du 17 au 26 juillet pour son stage de préparation à la Coupe du Monde, qui se déroulera au Japon du 20 septembre au 2 novembre.

Après une période d’entraînement au stade Louis II, l’équipe de France de Rugby était à Cap-d’Ail du 17 au 26 juillet pour son stage de préparation à la Coupe du Monde, qui se déroulera au Japon du 20 septembre au 2 novembre. Mardi dernier, les avants de l’équipe de France ont donc foulé la pelouse du stade Didier Deschamps, qui, nous l’espérons, portera chance aux bleus !

Pour remercier la commune de son accueil, le XV de France conviait, le 24 juillet, le maire de Cap-d’Ail, Xavier Beck, et son adjoint aux sports, Gilles Frasnetti, à assister à un dernier entraînement à huis clos et à partager un moment convivial avec les joueurs et le staff. Ce fut l’occasion d’un échange de souvenirs : le sélectionneur des Bleus, Jacques Brunel, et l’ancien international Bernard Vivies, ont ainsi offert une plaque de la F.F.R. à la Ville de Cap-d’Ail, tandis que Xavier Beck et Gilles Frasnetti leur ont remis un plateau gravé « Cap-d’Ail avec les bleus ! » en l’honneur du passage du XV dans la commune.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct