Rubriques




Se connecter à

Tout savoir sur le match du Top14 Toulon-Toulouse ce samedi à 21H au Vélodrome de Marseille

Relancé dans cette fin de saison, le RCT peut continuer de rêver, à condition d’écarter le Stade toulousain, champion d’Europe et de France en titre, qui débarque au Vélodrome pour ce choc.

Fabrice Michelier Publié le 23/04/2022 à 19:00, mis à jour le 23/04/2022 à 16:24
Absent contre Trévise, Baptiste Serin fait son retour. Frank Muller

On a cet objectif en tête ». Après la parenthèse européenne, le RCT et Aymeric Luc reviennent à la réalité du Top 14. Une compétition dans laquelle les Toulonnais peuvent encore nourrir l’espoir d’accrocher le top 6. Cela passe par un parcours quasi sans faute, à commencer par cette réception de Toulouse au stade Vélodrome.

Pour cela, tout le monde en convient, il faudra élever les curseurs par rapport à la prestation mitigée face à Trévise, la semaine passée en coupe d’Europe (36-17). « Face à une équipe comme Toulouse, il faut élever nos standards par rapport à tout ce que l’on a pu faire. D’autant plus que cette équipe va venir armée pour faire un résultat, car ils ont aussi besoin de points », poursuivait l’arrière toulonnais.

 

Même si le Stade se présente sans sa charnière quatre étoiles Antoine Dupont - Romain Ntamack. « Aucun joueur n’est irremplaçable. Certes, il y a de gros joueurs qui sont en vacances mais le but c’est d’aller s’accrocher au maximum », assurait le capitaine Toulousain Julien Marchand, hier lors du point presse. « On connaît la qualité collective de cette équipe, avec un gros paquet d’avants, des individualités au service du collectif. Ils ont une maîtrise autour du tempo d’un match et surtout cette culture de la gagne », détaillait de son côté Franck Azéma. Cette culture de la gagne qui s’est exprimée la semaine passée en Ulster où les hommes d’Ugo Mola sont allés arracher un succès synonyme de qualification (23-30). Reste à savoir si le Stade Toulousain est armé pour jouer sur les deux tableaux. La période du Tournoi a été préjudiciable aux champions de France.

Leur place dans le Top 6 s’inscrit donc en pointillé. « Il reste quatre matchs, on se déplace deux fois, on en reçoit deux. On sait que c’est hyperserré donc le moindre point va être important, poursuivait Julien Marchand avant d’expliquer comment les Toulousains gèrent cette situation. On connaît les règles depuis le départ. Pour gérer les deux compétitions, ça va être comme toutes les saisons. Ça fait trois ans maintenant qu’on arrive au moins en demi-finale ou en finale. Donc à nous de continuer. ». Sans tenir compte de leur adversaire, même s’ils pourraient revenir à un point en cas de victoire bonifiée, les Toulonnais veulent avant tout assurer sur : « notre conquête, notre défense, notre jeu au pied et notre capacité à contre-attaquer ». Nécessaire pour faire plier la meilleure défense du Top 14 (382 points encaissés). Avec, en plus des 60 000 spectateurs, un invité surprise : la pluie. Si le Vélodrome possède un toit, il ne couvre que les tribunes et pas vraiment la pelouse. « Ça va se jouer sur la conquête. S’il pleut, ça va être compliqué de jouer derrière. Donc on va se concentrer devant », salivait à l’avance le pilier Bruce Devaux. Aymeric Luc, lui, a eu droit à un travail individuel sous les ballons hauts, jeudi avant la séance collective. « Toutes les équipes ont la même stratégie : mettre l’équipe adverse sous pression grâce à des ballons hauts ou des rasants. C’est quelque chose que l’on travaille au quotidien », détaillait le Basque. Ce match est annoncé comme « la fête du rugby », aux Toulonnais de la rendre belle.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.