Rubriques




Se connecter à

Rugby: l'AS Monaco décroche son ticket pour les 16es de finale de Fédérale 3

Au terme d’une deuxième mi-temps maîtrisée sous forme de cavalier seul, l’ASM rugby se qualifie pour les 16es de finale (40-24). La voilà à une marche de la montée en Fédérale 2.

Adrien Santucci Publié le 09/05/2022 à 08:49, mis à jour le 09/05/2022 à 08:37
Le pack monégasque a pris l’ascendant physiquement. Dans son sillage, l’ASM est en 16e. Photo DR

Dans un stade Prince Héréditaire Jacques au parfum des phases finales, avec des supporters monégasques qui ont répondu présents, et ceux de Trignac qui ont fait le déplacement, les chocs ont été rudes dès les premiers impacts.

Becat le demi d’ouverture se mue en parfait chef d’orchestre, n’hésitant pas à user du jeu au pied dans le dos de la défense. Et ça fonctionne avec une première pénalité récoltée, et un essai de Chaouch sur une grosse pression toujours dans ce même registre. L’entame est rêvée pour les protégés du duo Roggi-Cothenet (8-0, 9’).

Alors que Monaco est parfaitement dans sa rencontre, une erreur de relance dans les 22 mètres va totalement relancer les Trignacais qui en profitent pour filer à dame deux temps de jeu plus tard (8-7, 13’).

Ce 16e retour est complètement fou, et ça va d’un camp à l’autre. Le XV du Rocher négocie parfaitement un ballon de récupération avec Courtin qui rentre parfaitement sa course pour redonner un peu d’air aux siens (15-7, 15’).

Les locaux à la différence du match aller où ils avaient fait preuve d’une défense hermétique, se font transpercer face à des visiteurs très joueurs. Deux essais plus tard pour Trignac, un sur groupé pénétrant, et un autre sur jeu de mouvement, et voilà Monaco qui se retrouve dans une position inconfortable en vue de la qualification (15-21, 34’).

 

Les deux formations s’échangent des pénalités avant la pause, ce qui fait que Monaco débute le second acte en position d’éliminé (18-24, 40’).

Un 22-0 en deuxième période

On ne le sait pas encore, mais Trignac ne verra plus le jour et finira par encaisser un terrible 22-0 lors du second acte. Chaouch surgit alors de sa boîte dès le coup d’envoi pour ne pas laisser de place au doute et inscrire un doublé salvateur, transformé par Becat (25-24, 42’).

Les hommes du président Riqué ont remis la mainmise sur cette rencontre et se nourrissent des fautes adverses avec un Becat qui ne manque rien au pied (28-24, 50’). Physiquement les Monégasques ont clairement pris le dessus sur leurs adversaires qui sont obligés de subir des vagues rouges à répétition.

Les organismes souffrent et les coéquipiers d’un Erskine constamment dans l’avancée continuent de faire le siège du camp trignacais. Logiquement, Renaud Sergere scelle quasiment le sort de 16e de finale avec un essai en bout de ligne (33-24, 67’).

 

Trignac doit maintenant marquer deux essais transformés pour espérer arracher une prolongation. C’est bien trop pour cette équipe qui a tout donné et n’a plus d’essence dans le réservoir face au rouleau compresseur asémiste.

Sous un nouveau jeu au pied de pression, l’ASM enfonce un peu plus le clou (40-24, 73’). Plus rien ne se passera, le club princier n’est plus qu’à une marche de l’objectif d’accession à la Fédérale 2.

Et ça, le président Thomas Riqué l’a bien compris avec un discours dans les vestiaires comme on ne peut voir qu’au rugby: "C’était un piège ce 32e, maintenant on est en 16e. Ça va compter double! Pour votre carrière, votre histoire, et l’histoire du club. A nous de ne pas gâcher ça."

Le prochain adversaire

Forcément, plus on avance et plus c’est du lourd qui se présente sur le chemin de l’ASM. Cette fois, encore sous format aller-retour, il faudra se défaire du XV de La Dombes, dans l’Ain, proche de Bourg-en-Bresse.

Une terre de rugby, qui a survolé sa poule 4 de phase régulière, avec pas moins de 9 bonus offensifs.

Du costaud qui se présentera sur le Rocher dimanche prochain pour le premier opus de ce 16e de finale qui délivrera le précieux sésame pour la Fédérale 2.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.