Monaco élimine le Stade Français à la "mort subite" et sera en finale du championnat de France de rugby à 7 ce samedi soir

Tombeurs de La Rochelle en quarts de finale ce samedi en début d'après-midi, les joueurs de Monaco Rugby Sevens viennent de se débarrasser du Stade Français après prolongations. Monaco affrontera Pau en finale, ce samedi soir à 20h03, sur Canal+.

Thomas Michel Publié le 19/11/2022 à 17:51, mis à jour le 19/11/2022 à 17:56
La profondeur de banc de Monaco Rugby Sevens et l'expérience de recrues comme Tom Mitchell ont été décisives dans la victoire de Monaco en demi-finale. SuperSevens/Sportpresse

La joie et les cris du camp monégasque en bord de touche au coup de sifflet final suffisent à résumer la victoire au cordeau de Monaco en demi-finale du championnat de France de rugby à 7, ce samedi à Paris.

Il aura fallu une prolongation à la "mort subite" (première équipe à marquer l'emporte) pour que Monaco écarte de son chemin le Stade Français (19-14).

Menés jusqu'à 2 minutes de la fin de la rencontre, les Monégasques ont égalisé en fin de match par l'Argentin Fernando Luna (14-14).

Deux minutes étouffantes avant un contre décisif

Avant d'entamer la prolongation, le capitaine de MR7'S, Johan Demai-Hamecher, haranguait ses troupes : "Les liens qu'on a créés, c'est maintenant qu'on les voit !".

Le tirage au sort imposait alors à Monaco de remettre le ballon en jeu. Et donc à défendre sans sursis, puisque le moindre point encaissé aurait été synonyme de défaite.

 

Après deux minutes de combat, le nouveau venu Britannique Tom Mitchell (vice-champion olympique 2016), bonifiait un ballon de récupération en trouvant Gaspard Lalli dans le couloir gauche, qui remettait lui-même intérieur pour Lancelot Luteau. Essai ! (19-14)

Une victoire collective, au mental, à laquelle la profondeur de banc monégasque n'est pas anodine.

"On a gagné deux fois la guerre mentale"

"On s'est fait peur et on a sorti des défenses impossibles mais je retiens l'état d'esprit qu'on a créé en une semaine", a commenté le capitaine monégasque, Johan Demai-Hamecher, au micro de Canal+. "On a gagné deux fois la guerre mentale, j'espère que ça va nous porter chance."

Une finale qui opposera les deux grands favoris du tournoi, Monaco et Pau.

 

Des Palois qui viennent de battre le Racing Métro sur le gong également (21-19). Quel tournoi !

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.