Les jeunes de l'AS Monaco toujours en lice au Mondial de rugby scolaire

Douze jeunes rugbymen sont actuellement à Pontlevoy en région Centre-Val de Loire pour la 1re édition de la Rugby Heritage Cup. L’occasion de porter haut les couleurs de la Principauté.

Article réservé aux abonnés
Enzo Jacquet Publié le 06/09/2023 à 10:50, mis à jour le 06/09/2023 à 10:57
Les Monégasques portent fièrement les couleurs de la Principauté lors de ce premier tournoi mondial de rugby scolaire. Photo DR

La coupe du monde de rugby a déjà commencé. Oui oui, elle a commencé, et Monaco est même en lice pour la remporter! Vous ne nous croyez pas? C’est pourtant à Pontlevoy, petite commune à proximité de Tours en région Centre-Val de Loire, que les jeunes de l’AS Monaco rugby participent en ce moment même à la Rugby Heritage Cup, premier tournoi mondial de rugby scolaire.

700 jeunes de 24 écoles dans le monde

Âgés de 13 à 15 ans, ils viennent des quatre coins du globe. Parmi les 22 équipes de garçons et les 18 de filles, on retrouve les indéboulonnables de la scène rugbystique avec la Nouvelle-Zélande, l’Australie, l’Angleterre... accompagnés cette fois-ci d’étendards moins communs, à l’image de l’Inde, Madagascar ou encore le Zimbabwe.

Tous sont invités par l’association Héritage Pontlevoy, à participer à l’événement. Une opportunité unique pour ces 700 jeunes provenant de 24 écoles à travers le monde, de vivre "un moment extraordinaire autour du rugby, de son histoire et de ses valeurs éducatives", estime Thierry Chenet, président de l’association.

Parmi ces rugbymen en herbe, 12 jeunes Monégasques représentent la Principauté, "tous licenciés à l’A.S. Monaco Rugby et scolarisés au collège Charles-III", explique Aurélien Lazzaro, directeur de l’école de rugby du club et entraîneur. L’occasion pour eux de se mettre à la place des plus grands qui débuteront la "grande" coupe du monde ce vendredi.

Un parcours prometteur

Comme tous les grands championnats, le tournoi débute avec les traditionnelles phases de poules. Une étape qui a bien réussi aux Monégasques qui sont venus à bout du Pays de Galles, de l’Inde et de l’Italie. "Grâce à cela, on termine troisième derrière l’Australie et la Nouvelle-Zélande au classement général, et on tombe contre l’Irlande pour notre quart de finale", explique Aurélien Lazzaro. Une rencontre qui tourne à l’avantage des Irlandais (3-1 au nombre d’essais inscrits).

Une déception, on l’imagine pour les joueurs, qui n’ont pas démérité. "On finit dans le top 8 mondial, face à des nations comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande, et on perd contre la succursale du Leinster en Irlande (monstre sacré du rugby européen). On peut être fier de nous". D’autant plus que la compétition n’est pas terminée. Il reste deux matchs aux pensionnaires du Rocher pour tenter de gratter des places au classement général.

Le pan bagnat comme juge de paix?

Et malgré la défaite en rugby, les jeunes Monégasques ont encore toutes les chances de l’emporter, et leur salut viendra peut-être... du pan bagnat! Une blague? Certainement pas, puisque la compétition ne se résume pas uniquement au rugby.

Pour l’emporter, les jeunes rugbymen doivent troquer leurs casques et maillots contre des toques et tabliers. Mués en véritables cuisiniers, les joueurs doivent réaliser des recettes typiques de leur région. Une idée de l’association pour "promouvoir les échanges culturels et la découverte de notre gastronomie régionale", précise le président de l’association Héritage Pontlevoy.

Une initiative originale, sur laquelle l’équipe compte pour l’emporter. "On a encore entendu parler de notre cuisine ce matin", se réjouit l’entraîneur. Les jeunes rugbymen ont également dû réaliser une vidéo de 45 secondes autour d’une valeur de l’ovalie. Trois notes donc, pour déterminer la position finale des équipes.

Résultat ce jeudi pour nos apprentis rugbymen, cuisiniers et vidéastes.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Monaco-Matin

Un cookie pour nous soutenir

Nous avons besoin de vos cookies pour vous offrir une expérience de lecture optimale et vous proposer des publicités personnalisées.

Accepter les cookies, c’est permettre grâce aux revenus complémentaires de soutenir le travail de nos 180 journalistes qui veillent au quotidien à vous offrir une information de qualité et diversifiée. Ainsi, vous pourrez accéder librement au site.

Vous pouvez choisir de refuser les cookies en vous connectant ou en vous abonnant.