“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Haute intensité et bain de foule pour le XV de France

Mis à jour le 23/07/2019 à 10:11 Publié le 23/07/2019 à 10:10
Plusieurs centaines de spectateurs ont assisté à la séance de dédicaces organisée par le XV de France. Tous les joueurs, sans exception, y ont participé.

Haute intensité et bain de foule pour le XV de France

Hier au Louis-II, après un entraînement de 4 h 30, les rugbymen français ont participé à une séance de dédicaces. Deux entraînements sont encore prévus pour cette préparation à la Coupe du monde

Au stade Louis-II, au bruit lancinant des engins du chantier des loges VIP sont venus se greffer celui de puissantes voix, de corps qui s’entrechoquent avant de s’écraser lourdement sur le pré vert. Le XV de France poursuit sa préparation physique en vue d’une échéance capitale : la Coupe du monde de rugby au Japon (1). Si le groupe du sélectionneur Jacques Brunel - à savoir 31 joueurs et six réservistes - s’est octroyé un brin de répit au Thermes marins, samedi, puis un jour off dimanche, il s’est réveillé aux aurores, hier matin, pour une séance d’entraînement qui en appelle deux autres à huis clos, aujourd’hui et demain. Quatre heures et demie intenses après un petit-déjeuner bien garni au Riviera Marriott Hôtel de Cap-d’Ail, où le XV de France crèche jusqu’à jeudi (lire ci-dessous). « L’idée est d’effectuer les exercices à haute intensité. C’est à la fois un travail sur les distances parcourues et la vitesse à exécuter, souffle un membre du staff. La deuxième partie d’entraînement oscille entre du technique (notamment ateliers de plaquages et de touches, N.D.L.R.) et du collectif en quinze contre quinze »

« Pas là pour rigoler »

À 11 h 30 pétantes, plusieurs centaines de spectateurs ont pu regagner les travées de l’antre asémiste. N’hésitant pas à pousser, à acclamer chaque percée à travers la défense aboutissant à un essai. Évoluant entre les coéquipiers du capitaine Guilhem Guirado, Fabien Galthié n’en perd pas une miette. Sifflet à la bouche et oreillette vissée dans l’oreille pour communiquer avec le staff, le consultant et futur sélectionneur du XV de France distille ses consignes, au gré des oppositions. « Changez d’aile ! », « Pousse ! », « Contrôle ! ». Sous une tente blanche, au bord du rectangle vert, les joueurs en phase de reprise enchaînent musculation et massages. Tout en zieutant les copains se donner à fond pour le collectif. « On sent qu’ils ne sont pas venus ici pour rigoler. Mais pour bosser, reconnaît Thomas Rique, président de l’AS Monaco Rugby. On les côtoie au quotidien tout en essayant de ne pas les gêner dans leur préparation. Ils sont très revanchards et ambitieux. Ils vont être outsiders mais ne vont pas aller au Japon en touristes. »

« L’esprit de l’ovalie »

À 13 h 30, les colosses du XV de France, encore dégoulinants de sueur, ont rejoint le parvis pour un bain de foule. Tous, sans exception, ont joué le jeu des autographes. Un maillot bleu et une casquette par ci, un ballon ovale par là. Certains supporters avaient même dégainé le bouquin référence Les 100 histoires de légendes du Rugby pour glaner la griffe de ces athlètes aux muscles saillants. Le pilier Dany Priso, aux biceps hallucinants, avait même trimballé son enceinte pour égayer, en musique, cette séance de dédicaces. « On les a déjà vus à l’aéroport et ils ont toujours un petit mot pour nous et le temps pour une photo, souffle Cyril Luxey, éducateur au Lerins Rugby Club. Ils véhiculent une très bonne image. Je n’ai jamais vu un rugbyman refuser un autographe. C’est ça l’esprit de l’ovalie. »

Sébastien Botella

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.