“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Frédéric Michalak portera un projet de rugby à VII

Mis à jour le 31/10/2019 à 10:26 Publié le 31/10/2019 à 10:26

Frédéric Michalak portera un projet de rugby à VII

L’ancien demi d’ouverture du XV de France travaille sur la création d’une équipe professionnelle monégasque, en vue de la nouvelle compétition de rugby à VII, Super Sevens

Le projet était dans les cartons depuis quelques années et, sans mauvais jeu de mots, l’essai a été transformé avec brio. Et c’est le meilleur buteur de l’histoire du XV de France, le bien nommé Frédéric Michalak, qui est à la baguette. Nom de code : Monaco Rugby Sevens. En résumé : c’est une équipe monégasque bâtie de toutes pièces pour pouvoir performer au Super Sevens, ce nouveau championnat professionnel de rugby à VII dont la première étape est fixée au 1er février 2020 (lire ci-contre). Objectif : rivaliser avec les formations du Top 14, lesquelles engageront toutes une équipe, et l’autre équipe invitée, le Barbarians Rugby Club. Pour titiller ces ogres du rugby français, Frédéric Michalak aspire à être compétitif à court terme. Pas question, pour lui, de perdre du temps dans le processus de recrutement, même si celui-ci ne devrait pas se finaliser avant début 2020.

« Il ne faudra pas que Monaco soit ridicule »

« Quand on va jouer contre le RC Toulon ou le Stade toulousain qui vont avoir des effectifs bien chargés, il ne faudra pas que l’équipe de Monaco soit ridicule. Il faut des joueurs capables de jouer à très haut niveau », a détaillé l’ancien demi-d’ouverture au micro de nos confrères de Monaco Hebdo lors de la Convention Sportel.

D’autant que le rugby à VII demande de solides qualités physiques et techniques. Frédéric Michalak rêve donc d’une « Dream Team du rugby à VII ».

« L’objectif est d’aller chercher des stars de la discipline. Mais aussi de s’appuyer sur la formation monégasque, des joueurs qui évoluent dans l’équipe nationale à VII mais aussi dans l’équipe à XV. Et après, d’aller chercher des joueurs qui sont dans le championnat français ou anglais. Les équipes ont le droit d’avoir quatre jokers internationaux pouvant les renforcer. Je pense qu’il faut s’appuyer sur du local : à Monaco et dans les clubs alentour. »

Les entraînements se dérouleront au stade du Devens à Beausoleil mais aussi en bord de mer, la discipline, portée sur la gestion du mouvement et des espaces, ne demandant pas forcément d’évoluer sur le pré vert.

Quant au choix de l’entraîneur, Frédéric Michalak se veut volontairement discret, tout en distillant quelques indices. « Ce sera sans doute un Français qui a un bon passif, qui est allé se former à l’étranger, très curieux, ouvert d’esprit et qui a la motivation pour qu’un tel projet réussisse », poursuit-il.

À terme, la qualification olympique est visée. Paris 2024 ? Encore trop tôt pour le dire. « À long terme, c’est un objectif. Mais on part vraiment de zéro. Pour cela, il faut déjà créer un vrai mouvement autour du rugby à VII. Celui-ci, comme le rugby à XV, est déjà implanté à Monaco mais on n’a pas de jeunes pousses qui vont pouvoir être formés sur cette filière-là. » D’où une enveloppe de cinq millions d’euros pour la création d’une académie et la promotion de ce sport. « Cette équipe professionnelle peut et doit être une locomotive pour notre sport », conclut Cédric Nardi, président de la Fédération monégasque de rugby.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.