Rubriques




Se connecter à

Pédophilie: le rédacteur en chef de Golias dénonce "l’omerta criminelle de l’Église" suite aux déclarations de Mgr Eric de Moulins Beaufort

Rédacteur en chef de Golias, dont les publications sont critiques à l’endroit de l’institution ecclésiastique catholique, Christian Terras bondit à l’idée que le secret de la confession puisse l’emporter sur les lois de la République.

PROPOS RECUEILLIS PAR FRANCK LECLERC Publié le 08/10/2021 à 14:45, mis à jour le 08/10/2021 à 13:37
"Un imam déclarerait que sa foi s’oppose aux lois de la République, tout le monde gueulerait", note cet observateur critique de l’institution catholique; Photo DR

Que pensez-vous de la position de Mgr Eric de Moulins Beaufort, président de la Conférence des évêques de France?

Dire que le secret de la confession n’est pas opposable aux lois de la République, cela relève du séparatisme. C’est ce qui a toujours fait le lit, le creuset de l’omerta criminelle de l’Église catholique, concernant la pédophilie.

Le secret de la confession a aidé à protéger, pendant de nombreuses années, des prêtres qui pouvaient se sentir impunis. Ce que m’évoquent les prises de position de Mgr Eric de Moulins Beaufort, c’est qu’au lendemain de la publication du rapport Sauvé, il n’a toujours pas compris que l’Église devait se mettre en réforme, par rapport à une culture qui a propagé, encouragé, couvert la pédophilie.

Moi qui suis lanceur d’alerte sur ce sujet depuis trente ans, je dis que la raison d’Église qui fonctionne comme la raison d’État, c’est d’un cynisme inouï.

Lui n’a pas réalisé que le vice est dû en partie à des fonctionnements parallèles, alors que justement, après cette commission que les hauts responsables de l’institution ont eu l’intelligence de mettre en place, l’une des 45 propositions consiste à revisiter ce secret de la confession.

Dire que l’Église a couvert ou qu’elle a encouragé la pédophilie, ce n’est pas tout à fait du même ordre…

 

Encouragé, dans le sens où, en couvrant ces prêtes, elle n’a rien fait pour les dissuader.

Cela suppose aussi que des prêtres pédophiles s’en soient ouverts à confesse. Peut-on le croire?

On n’a pas d’éléments tangibles sur le nombre, mais je sais pour ma part que des prêtres se sont confessés, qui avaient commis des méfaits, et auxquels il a été conseillé de remettre de l’ordre dans leur vie et de consulter un psychologue. Sans plus.

Un prêtre, à Nice, estime qu’il faut punir les déviants, mais que la conscience prime. Comment interpréter son tweet?

C’est ce que j’appelle du jésuitisme. Il y a des faits qui relèvent du pénal. Même s’ils sont dicibles en confession, ils ne sont pas opposables à la loi. L’évêque de Lyon, Mgr Olivier de Germay, qui vient d’Ajaccio, plutôt conservateur, classique, contredit complètement son collègue de Reims qui préside la Conférence épiscopale. Je crois qu’il a saisi, lui, la portée du rapport Sauvé.

Donc, ça commence à bouger. Un imam déclarerait que sa foi s’oppose aux lois de la République, tout le monde gueulerait. Et cela ferait la Une des journaux. Mgr de Moulins Beaufort a la chance, entre guillemets, de faire partie d’une espèce de patrimoine culturel catholique majoritaire en France qui fait que, quelque part, cela amortit le choc de ses paroles.

Cet archevêque met en avant une circulaire de la Chancellerie du 11 août 2004 qui souligne que ce secret, imposé aux prêtres par le droit canonique, n’est pas contraire au droit français. Votre analyse?

 

Il joue sur les mots. Ce n’est pas contraire au droit français, mais c’est très clair: dès lors qu’il s’agit de faits criminels, on casse le secret de la confession. Il en va de même du secret professionnel qui doit être levé, je crois, lorsqu’un avocat a connaissance d’un crime.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.