La famille princière, 800 fidèles et ses amis disent adieux à Mgr Barsi à Monaco

Une messe de funérailles présidée par Mgr David a été donnée devant la famille princière et quelque huit cents fidèles et amis de Mgr Bernard Barsi, décédé le 28 décembre.

Article réservé aux abonnés
Joëlle Deviras et Cédric Verany Publié le 05/01/2023 à 07:44, mis à jour le 05/01/2023 à 09:44
photos
L’heure du recueillement ce mercredi matin dans la cathédrale. Photo Eric Mathon/Palais princier

"C’était un oncle aimant, attentionné et généreux que nous tous appelions "Parrain". C’était aussi un homme fort, sur qui nous pouvions compter dans les moments de joie et d’épreuves."

Ce mercredi matin en la cathédrale de Monaco, devant le prince Albert II, la princesse Charlène, la princesse de Hanovre et Mélanie-Antoinette de Massy, ainsi que les représentants des institutions de l’État monégasque et des Alpes-Maritimes*, entourée du clergé, des évêques et du Cardinal Jean-Marc Aveline, archevêque métropolitain de Marseille, Anne Bleuez a pris la parole en premier pour rendre hommage à son oncle Monseigneur Bernard Barsi, décédé à 80 ans le 28 décembre après une crise cardiaque la veille de Noël.

Aux côtés de Jean-Bernard, Christelle, Damien, Mabel, Laurent, Thiery, Anne-Marie, Gabriel, neveux, nièces et cousin, elle a prononcé les mots simples qui vont droit au cœur; les mots de ceux qui viennent de perdre le pilier de leur famille, se sentant "orphelins".

Recueillement devant le cercueil de Bernard Barsi Photo Jean-François Ottonello.

Huit cents fidèles présents

Et dans la nef, quelque huit cents amis et fidèles, connus et inconnus, étaient réunis pour honorer la mémoire d’un "pasteur", prêtre de Nice et de l’arrière-pays devenu archevêque de la Principauté durant vingt ans.

Certains sont venus de Monaco ou des communes voisines, d’autres des vallées, de Paris ou de Corse. Car Monseigneur Barsi était « une personne aimante » (selon les termes de Mgr Giuliano) et un homme aimé de tous, qu’ils soient issus de sa terre natale comme de sa terre d’adoption. "Impossible de faire un pas dans la rue sans qu’on le reconnaisse", s’est souvenue Anne Bleuez.

Dans son homélie, Monseigneur René Giuliano, longtemps vicaire général de Monseigneur Bernard Barsi, a noté combien le brusque décès de Mgr Barsi a surpris tout le monde. Il a rappelé le parcours religieux de l’archevêque émérite de Monaco à la retraite depuis presque trois ans. Il a souligné combien Mgr Barsi avait su plonger dans la "réalité monégasque".

"Il a pleinement épousé le peuple qui lui était confié, petits et grands, ce peuple de Monaco et des communes voisines, dont il avait la charge pastorale."

L’heure du recueillement ce mercredi matin dans la cathédrale. Photo Eric Mathon/Palais princier.

Une générosité discrète

Mgr Giuliano a lui aussi insisté sur la générosité de son archevêque et l’attention qu’il portait à tous.

"Il donnait beaucoup, discrètement, et les témoignages recueillis depuis quelques jours l'attestent, d'une manière étonnante. Il n'aimait pas garder pour lui-même, et très souvent invitait à sa table… (...) Il cultivait en fait cette capacité de rencontrer en vérité les plus humbles et les plus en vue, celles et ceux en souffrance, des enfants ou des personnes âgées, des personnes aux idées et aux convictions opposées, y compris au sein de sa propre famille… Il apprenait à cheminer dans le respect avec les gens, là où ils en étaient de leur chemin de vie, et de leur foi. Car, dans le fond, c'était surtout un pasteur."

Autre qualité essentielle à Mgr Barsi: le bon sens. "Il avait beaucoup de "giudizio" comme dit son ami de toujours le père Jean-Louis Giordan. Quel don magnifique de l'Esprit Saint!"

Le couple princier a rejoint la cathédrale par l’allée Saint-Jean-Paul II pour prendre part aux funérailles de celui qui les a mariés en 2011. Photo Jean-François Ottonello.

Sa vie consacrée à la spiritualité ne l’empêchait pas d’être émerveillé par la nature "Il aimait jardiner, observer, apprendre, comprendre et voir d'un regard nouveau ce qui advient, ce qui se déploie de vivifiant sur notre terre."

Quand Mgr Dominique-Marie David succéda à Mgr Barsi à qui le pape avait enfin accordé la retraite, les deux archevêques - qui ne se connaissaient pas - eurent les meilleures relations.

L’archevêque en poste depuis bientôt trois ans se souvient: "Merci Mgr Barsi, merci cher Bernard de m’avoir si bien accueilli. Merci d’avoir si bien labouré les champs de la mission en Principauté." À l’issue de la messe, dans la plus stricte intimité, Mgr Barsi a été inhumé dans le caveau des évêques sous la chapelle du Saint Sacrement.

*Étaient notamment le ministre d’État Pierre Dartout, la présidente du Conseil national Brigitte Boccone-Pagès, le président du Conseil de la Couronne Michel Boeri, la directrice des Services judiciaires Sylvie Petit-Leclair, les conseillers de gouvernement-ministre, les ambassadeurs de France et d’Italie Laurent Stefanini et Giulio Alaimo, le député et conseiller départemental des Alpes-Martitimes Eric Ciotti, le maire de Nice Christian Estrosi.

Depuis la rue des Remparts, la procession dominait la Principauté. Photo Jean-François Ottonello.

Une marche funèbre dans les ruelles de Monaco-ville

C’est une musique de circonstance, à la fois terrifiante et émouvante qui a accompagné hier matin l’ultime voyage de Monseigneur Barsi dans les ruelles du Rocher.

Avant de rejoindre la cathédrale, un cortège a accompagné le défunt à travers Monaco-ville au son de l’imprégnante Marche funèbre de Frédéric Chopin exécutée par les musiciens de l’orchestre municipal, suivie d’une marche funèbre composée par Francesco Strivella.

La procession a pris son départ depuis la chapelle de la Miséricorde où la dépouille de l’archevêque émérite de Monaco reposait depuis lundi. Le cercueil a ensuite été installé dans un corbillard, suivi à pied par la famille de Bernard Barsi.

En tête, une croix portée par les pénitents ouvrait ce cortège religieux suivi du regard par les habitants du Rocher hier matin, alors que tout le quartier était plongé dans le silence.

Dans les rangs, les pénitents étaient accompagnés par les membres du clergé monégasque, par des évêques des communes alentours puis de l’archevêque lui-même, Dominique-Marie David, en fin de cortège.

Toute une assemblée recueillie pour progresser le long du parcours solennel établi. Partant de la place de la mairie pour cheminer vers la rue des Remparts, la place du Palais et la rue Bellando-de-Castro. Et arriver sur le parvis de la cathédrale où la procession s’est immobilisée. Avant d’enfin accompagner Bernard Barsi dans sa dernière demeure.

la procession s’est immobilisée devant la cathédrale avant d’accompagner Bernard Barsi dans sa dernière demeure. Photo Jean-François Ottonello.

L'hommage princier

"C’était un très bel hommage avec d’émouvants témoignages de ses proches et une homélie qui ont fait ressortir les traits de caractère qu’on lui connaissait, sa grande foi, son empathie pour les gens et sa jovialité. C’était une personnalité toujours prête à aider les autres. Mgr Barsi aura su marquer toutes les personnes qu’il a rencontrées et vivre son ministère, sa mission, jusqu’au bout.", Prince Albert II lors d’un entretien accordé à Monaco-Matin hier.

 

Illustration Photo Jean-François Ottonello.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.