Rubriques




Se connecter à

Voeux de Sainte-Agnès : des projets structurants pour 2016

Ambiance grande réunion de famille, lors des vœux, samedi soir.

Aurore Harrouis Publié le 11/01/2016 à 05:13, mis à jour le 11/01/2016 à 05:13

Ambiance grande réunion de famille, lors des vœux, samedi soir. À des kilomètres des cérémonies bling bling d'élus qui remplissent des zéniths… Ici, on fait les choses simplement, mais avec sens. Car Sainte-Agnès est « une petite commune pour de grands réalisateurs », aime rappeler Albert Filippi. Avant de revenir sur l'année qui vient de se terminer, le premier édile égrène les grands projets pour 2016.

Via ferrata, la Maura, fort du Siricocca

Comme celui de la Maura. Aujourd'hui en cours de montage, cette réalisation devrait concilier logements pour actifs et logements pour seniors. L'équipe municipale s'attellera également dans les mois à venir à chercher des financements pour la création d'une entité touristique avec la via ferrata qui fera le tour du site castral. « Celle-ci sera montée par l'équipe de la via ferrata de Tende, puis exploitée par la commune », détaille Albert Filippi. Autres desseins à mener en 2016 : l'aménagement en gîte d'étape du fort du Siricocca ainsi que le projet éducatif du musée au sein du fort de la ligne Maginot.

Les mois à venir seront également dédiés « aux projets pluriannuels de reconstruction suite aux intempéries », rappelle le maire. Le mois prochain, la route du haut Cabrolles doit ainsi être finalisée. Puis, la route du Viraron sera reprise pour garantir l'accessibilité à ce quartier. La création de pluviales au Boschi et au Pian Alamana est encore à l'étude.

 

Des réalisations dans le droit fil de l'année précédente. « 2015 a été une année chargée de frustrations dues, en partie, aux effets des intempéries de 2014 », se souvient Albert Filippi. « Elles resteront gravées dans nos mémoires par les assurances qui auront montré leur capacité de préserver leur intérêt plutôt que celui de leurs clients, par les administrations publiques qui auront prouvé leur lourdeur technique et juridique », tacle l'élu. Il rappelle que les déblaiements dus à la catastrophe naturelle auront « coûté à notre commune deux années d'autofinancement et le recours au prêt » et que Sainte-Agnès « n'aura récolté aucune aide financière sur son fonctionnement. »

Autre pique, à peine dissimulée, au moment d'aborder la gestion des migrants : « là encore, il fallait compter sur nous… ». Ou encore au sujet des baisses annuelles et régulières des dotations de l'état : « loin de nous décourager, elle nous porte dans un élan commun de solidarité qui nous aura conduits à être plus inventif que jamais à des gestions drastiques. »

Cela passe par la suppression du bulletin municipal ou de l'aide aux cantines à l'extérieur de la commune. Mais aussi par la vente de ruines ou la transformation de gîtes en habitations locatives… Une foule d'idées pour maintenir une qualité de vie égale dans la commune et entreprendre, dans un contexte compliqué, de nouveaux projets.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.