“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Visite protocolaire de Serge Telle au Conseil national

Mis à jour le 05/02/2016 à 05:07 Publié le 05/02/2016 à 05:07
Laurent Nouvion et Serge Telle.

Laurent Nouvion et Serge Telle. Ed Wright

Visite protocolaire de Serge Telle au Conseil national

Pour sa première visite officielle au Conseil national mercredi, Serge Telle, nouveau ministre d'État, s'est entretenu avec le président du Conseil national Laurent Nouvion.

Pour sa première visite officielle au Conseil national mercredi, Serge Telle, nouveau ministre d'État, s'est entretenu avec le président du Conseil national Laurent Nouvion. Suite à cet entretien, Christophe Steiner, vice-président, Robert Colle, secrétaire général du Ministère d'État, ainsi qu'Élodie Kheng, conseiller en charge du budget et de l'économie au Conseil national, les ont rejoints dans le bureau du président.

Serge Telle s'est présenté à chacun des élus présents, dans le grand hémicycle du Conseil national, puis s'est adressé à l'ensemble de l'assistance sur la collaboration mutuelle entre les deux institutions « afin de travailler ensemble sur les grands dossiers en cours ».

«Trouver le juste équilibre»

Laurent Nouvion a tenu à exprimer « son souhait de trouver le juste équilibre entre le Conseil national et le gouvernement pour faire avancer notre pays ». Il a tenu à affirmer sa confiance dans le nouveau ministre d'État, tout comme son souhait de travailler à ses côtés à la réussite des grands défis du pays, tout en rappelant ses vœux de bonne convalescence à Michel Roger, son prédécesseur.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct