“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Vingt-quatre caméras veillent sur Beausoleil

Mis à jour le 31/05/2016 à 05:14 Publié le 31/05/2016 à 05:14
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Vingt-quatre caméras veillent sur Beausoleil

Le dispositif de vidéoprotection de la ville est maintenant opérationnel. Il a coûté 422 000 euros, dont 140 000 payés par l'État monégasque. Tous les quartiers sont filmés

C'est Beausoleil 2.0… Mais le maire Gérard Spinelli promet que ce n'est pas « Big Brother ».

Hier, le Centre de supervision urbain, qui gère les images de 24 caméras de vidéoprotection, a été inauguré en présence de nombreuses personnalités de la ville et des communes limitrophes (1).

Étaient également présents les représentants du gouvernement princier et du Conseil national de Monaco, la Principauté ayant participé au financement de l'ensemble du dispositif de vidéoprotection à hauteur de 140 000 euros, sur un total de 422 000 euros.

« Beausoleil ne pouvait rester en marge »

« Beausoleil tourne une page importante de son développement urbain, a expliqué le maire. Ce choix des caméras sur la ville n'a pas toujours été le mien, une nostalgie sans doute d'une période de jeunesse où la liberté était la panacée de tout. Mais nous sommes en France où le droit et les garanties individuels, contrairement à bien d'autres pays au monde, sont encore au cœur de l'État. »

Dans son discours, le maire l'a reconnu : « Beausoleil ne pouvait rester en marge, hors champs caméra, du système de vidéoprotection qui sécurise aujourd'hui presque l'intégralité du bassin franco-monégasque. »

Les établissements scolaires, les accueils publics, les commerces et les centres de vie sont dorénavant les premiers sites filmés.

« Ce nouvel œil posé sur l'espace public, au regard incisif et plus perçant qu'un chat dans la nuit, qui par ses performances technologiques balaye dans ses moindres détails une zone de surveillance très élargie, va permettre une vigilance en continu depuis le Centre de supervision urbain où des opérateurs sont eux-mêmes en liaison radio permanente avec les équipes de police sur le terrain », ajoute Gérard Spinelli.

Mais les caméras ne sont pas uniquement des dispositifs de vidéosurveillance. « Autre aspect très demandé lui aussi par les polices qui œuvrent sur le territoire : la transmission d'éléments enregistrés essentiels à l'avancée et la résolution des enquêtes », note le maire.

Le commissaire Frédéric Le Pollozec, chef de la circonscription de Menton, et représentant hier Marcel Authier, directeur départemental de la Sécurité publique des Alpes-Maritimes, souligne l'importance de cet aspect-là des choses. « Les caméras sont une aide à l'enquête déterminante pour les services de police. Nous pouvons réagir à un accident de voie publique en quelques minutes. C'est également une aide pour la gestion des flux de populations et automobiles. »

Attaché ou agacé par les caméras en ville, chacun devra donc faire avec. Il ne vous reste plus qu'à sourire…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.