“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Villefranche-sur-Mer : élections mode d'emploi

Mis à jour le 11/01/2019 à 05:18 Publié le 11/01/2019 à 05:18
Le maire, Christophe Trojani. Jean-Pierre Mangiapan, conseiller municipal d'opposition.

Le maire, Christophe Trojani. Jean-Pierre Mangiapan, conseiller municipal d'opposition. R. M.

Villefranche-sur-Mer : élections mode d'emploi

Des changements interviennent pour les futures échéances électorales

Après une année calme en terme d'élection, 2 019 voit débuter un cycle avec les Européennes à la fin de ce printemps et, surtout, au niveau local, l'échéance des municipales qui s'approche, en mars 2020. Si au niveau des candidats, Christophe Trojani, le maire actuel, ne fait plus mystère, depuis quelques mois, de son intention de briguer un nouveau mandat, dans l'opposition, rien ne semble encore écrit.

Au niveau administratif, plusieurs éléments ont changé : désormais, il n'est plus nécessaire de s'inscrire sur les listes électorales au 31 décembre de l'année précédent l'élection. Concrètement, pour pouvoir voter aux Européennes, les futurs électeurs peuvent s'inscrire jusqu'au 31 mars.

Autre changement, c'est désormais le maire qui a compétence pour statuer sur les demandes d'inscription et sur les radiations des électeurs qui ne remplissent plus les conditions pour demeurer inscrits. Un contrôle a posteriori sera opéré par des commissions créées par la loi.

Commission de contrôle et opposition...

Pour les communes de la strate de Villefranche, cette commission est composée de trois élus de la majorité et de deux élus de l'opposition, « pris dans l'ordre du tableau parmi les membres prêts à participer aux travaux de la commission. » Jean-Pierre Mangiapan, conseiller municipal d'opposition, s'est étonné, la semaine dernière, de voir figurer dans la liste transmise au préfet par la commune les noms de Patricia Degus et Richard Conte pour l'opposition.

Rappelons que la première a rejoint la majorité municipale et le second s'est déclaré « indépendant ».

« J'étais tête de liste et Christine Petrucelli était la numéro deux, c'est donc nous que le maire aurait dû appeler », tempêtait l'opposant.

« Nous n'avons fait que suivre ce qui est demandé par la loi. L'ordre du tableau est déterminé par l'âge des candidats. Or, il se trouve que Richard Conte et Patricia Degus sont numéros un et deux. Ils ont accepté de faire partie de la commission, fin de l'histoire », rétorque le maire.

« Dont acte, mais cela pose clairement un problème de démocratie », conclut Jean-Pierre Mangiapan, qui a saisi le préfet à se sujet. « Encore une fois... », conclut Christophe Trojani.


La suite du direct