“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une journée entre deux amis ...

Mis à jour le 27/08/2019 à 10:20 Publié le 27/08/2019 à 10:19
Entre journalistes et supporters, l’ancien chef de l’Etat a eu du mal à se frayer un passage jusqu’à la librairie Jean-Jaurès, hier après-midi.

Entre journalistes et supporters, l’ancien chef de l’Etat a eu du mal à se frayer un passage jusqu’à la librairie Jean-Jaurès, hier après-midi. D. M.

Une journée entre deux amis ...

Ah, ces journalistes… La presse, accourue en nombre, ne pouvait « couvrir » la venue de Nicolas Sarkozy à Nice sans la replacer dans le contexte local du probable combat fratricide Estrosi - Ciotti aux prochaines municipales.

Ah, ces journalistes… La presse, accourue en nombre, ne pouvait « couvrir » la venue de Nicolas Sarkozy à Nice sans la replacer dans le contexte local du probable combat fratricide Estrosi - Ciotti aux prochaines municipales. Mais évidemment, l’ancien président de la République s’est bien gardé de s’aventurer sur ce terrain-là, publiquement du moins.

A son arrivée à l’aéroport, il a été accueilli par Christian Estrosi, Eric Ciotti et le préfet Bernard Gonzalez. Les quatre hommes se sont attablés, un quart d’heure, autour d’un café de bienvenue.

A l’heure du déjeuner, Nicolas Sarkozy s’est retrouvé à sa table fétiche de La Petite Maison, en compagnie de son fils Pierre, producteur musical, qui fêtait avec deux jours de retard ses 34 ans, de Christian Estrosi et de l’avocat Thierry Herzog. Le maire de Nice l’a ensuite accompagné à la librairie Jean-Jaurès. Là, une fois Christian Estrosi parti, Eric Ciotti est arrivé pour rester jusqu’à la fin de la séance de dédicace. Interrogé sur un éventuel soutien qu’il pourrait témoigner à l’un ou à l’autre, « et qui pèserait beaucoup », dixit une journaliste parisienne, Nicolas Sarkozy s’est fendu d’une pirouette : « Ce sont tous les deux mes amis… Et vous pensez donc qu’ailleurs, mon soutien ne compte pas ? »

« Notre amitié est plus solide que jamais et nous avons la même vision de l’avenir », nous a pour sa part confié Christian Estrosi à l’issue du bref entretien post-déjeunatoire que les deux hommes ont eu en mairie.

Quant à Eric Ciotti, harponné par un militant LR qui l’invitait à être candidat à Menton, il a expliqué « avoir d’autres idées »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.