“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un budget primitif en excédent de 7.1 millions pour la Principauté

Mis à jour le 08/12/2016 à 05:14 Publié le 08/12/2016 à 12:00
Hier, le président du Conseil national Christophe Steiner a ouvert la séance publique. Après lecture du rapport du budget primitif 2017, Serge Telle (à gauche) a répondu point par point.

Hier, le président du Conseil national Christophe Steiner a ouvert la séance publique. Après lecture du rapport du budget primitif 2017, Serge Telle (à gauche) a répondu point par point. Cyril Dodergny

Un budget primitif en excédent de 7.1 millions pour la Principauté

Première des trois longues soirées du Conseil national, hier, pour l'étude du budget primitif de l'État pour l'exercice 2017. Et plutôt une ambiance consensuelle entre législatif et exécutif...

Un rapport de vingt-six pages, une réponse très détaillée du ministre et les interventions de bon nombre des conseillers nationaux, chacune fixée à six minutes maximum.

Voici le budget primitif 2017 présenté publiquement au Conseil national avec ses séquences immanquables, son rythme sur trois soirées, et parfois ses fausses notes. Et déjà des intentions favorables du rapporteur Marc Burini qui souligne "les excellentes recettes de cette année" et "appelle à un vote favorable du budget primitif".

Mais si conseillers nationaux et gouvernement étaient chacun dans leur rôle, ils ont montré une écoute attentive et positive les uns des autres.

"Une visibilité à long terme"

Premier élément de satisfaction: les prévisions de recettes s'élèvent à quelque 1.2 milliard d'euros et le budget présente un résultat excédentaire de 7.1 millions d'euros.

Marc Burini, vice-président du Conseil national et rapporteur au nom de la commission des Finances et de l'Économie nationale, a toutefois d'emblée regretté le manque d'"anticipation et la visibilité à long terme (...) qui pénalisent l'appréciation des élus. (...) Une vision décennale nous semble aujourd'hui indispensable".

Mais pour le ministre d'État Serge Telle, "c'est bien de regarder loin devant pour avancer dans la bonne direction, mais il faut savoir éviter l'obstacle qui peut surgir là, juste devant nous. Et pour l'éviter, il faut pouvoir s'adapter aux évolutions et aux événements. Personne ne sait comment s'écrira l'Histoire à 10 ou 15 ans."

Les conseillers nationaux savent toutefois quelles sont les cinq priorités de l'exécutif, listées dans un "programme gouvernemental d'action 2017". La création d'un fonds "retraite et prévoyance" (5 ME); un fond vert national (21 ME); création de la réserve civile de la police monégasque pour renforcer la sécurité; lancement du concept "smart city" (3,3 ME); le rayonnement de Monaco à l'international.

Vaste programme qui prend notamment en compte l'épineux et ô combien sensible dossier de l'avenir des retraites des fonctionnaires qui coûtent quelque 71 millions d'euros en 2017. Du côté des élus, on se réjouit que le sujet ne soit plus un tabou ni repoussé aux calendes grecques.

"Travail commun"

Hier, les élus ont pris la parole pour intervenir sur la politique générale et certains ont eu une lecture du budget bien plus pessimiste que le rapporteur.

L'occasion de lister les principaux sujets qui vont animer les discussions de lundi et mardi prochains, parmi lesquels les grands travaux (CHPG, Très grand Ida, Testimonio, centre commercial de Fontvieille…), la qualité de vie, le logement des Monégasques, le traitement des déchets, le développement du numérique, le développement durable, le fonds de réserve constitutionnel, l'amendement budgétaire…

S'adressant au ministre d'État, le président Christophe Steiner a souligné que "les résultats positifs que nous avons obtenus, vous et nous, que ce soit en termes de modernisation législative et d'avancée concrète pour nos compatriotes et nos résidents sont le fruit de notre travail commun, du dialogue renoué et des rencontres avec les présidents de commission concernés et les membres du gouvernement".

Et de citer le ministre: "L'équilibre de nos finances publiques ne serait que peu de chose s'il n'allait pas de pair avec le développement de notre modèle social, environnemental et économique."


La suite du direct