Trémie à la sortie de la Principauté: le maire de Cap-d'Ail Xavier Beck veut retrouver de bonnes relations avec Monaco

Lors de ses vœux à ses administrés, le maire de Cap-d’Ail a évoqué les grands dossiers en cours de la ville, et notamment le projet de la trémie sur la Moyenne corniche, à la sortie de la Principauté.

Article réservé aux abonnés
Joëlle Deviras Publié le 09/01/2023 à 14:00, mis à jour le 09/01/2023 à 10:43
Xavier Beck, vendredi soir au Château des Terrasses, entouré de ses élus pour les traditionnels vœux aux Cap-d’Aillois. Photo J. D.

Un Château des Terrasses archicomble pour assister aux vœux de Xavier Beck: le maire avait presque oublié la popularité de ce premier temps fort de la vie de Cap-d’Ail après les années Covid.

Chez lui, face à des administrés d’emblée conquis, il a aussi fait part, sans réserve, de son opposition à la politique du président de la République Emmanuel Macron et du président de la Métropole Nice Côte d’Azur et maire de Nice Christian Estrosi.

Entouré de ses élus, en face des maires des communes françaises limitrophes, Xavier Beck a évoqué tous les grands dossiers en cours. Notamment le marché à la location immobilière à 27 euros le m2, le logement social qui atteindra 20% des habitations en 2025, la plage Mala dont la concession devrait revenir à la municipalité, le nombre de policiers municipaux qui passe de 2 à 4 au 1er mars, et aussi celui - et non des moindres - avec Monaco qui espère construire une trémie pour faciliter la sortie de la Principauté sur la moyenne corniche (Nous reviendrons sur les sujets abordés par le maire dans une prochaine édition, ndlr).

Et sur ce sujet Xavier Beck l’a redit: il est opposé au projet, financé par la Principauté, de construction d’une trémie d’une seule voie (en sens montant, de Monaco en direction d’Eze) sur la moyenne corniche qui démarrerait en 2025. "Cet ouvrage n’aura aucun effet pour les automobilistes qui viennent travailler le matin à Monaco. Je préférerais qu’on avance sur l’idée d’un métro azuréen comme le suggérait lui-même Christian Estrosi."

"Cette trémie devait être double"

À Monaco-Matin, le maire de Cap-d'Ail explique: "Cette trémie devait être double initialement": un sens montant et un sens descendant.

S’ajoute aujourd’hui le problème de l’élargissement nécessaire de la moyenne corniche (avant l’immeuble monégasque du Bel Air).

"C’est moi-même qui ai proposé à Monaco de céder les 30 emplacements de parkings qui rapportent 30.000 euros à Cap-d’Ail contre compensation. L’administration monégasque a évidemment accepté ma proposition. Mais elle discute maintenant directement avec Christian Estrosi. L’attitude de l’administration de Monaco qui consiste à s’arranger avec quelqu’un qui n’est pas un ami est assez agaçante. C’est bien la première fois que je ne suis pas tenu informé. C’est d’ailleurs étonnant car, du point du droit, il faudra pourtant bien des arrêtés municipaux pour réaliser un tel projet. Je ne comprends pas que la discussion ait été interrompue."

Début décembre, Xavier Beck a déposé un recours gracieux sur les deux délibérations: la création de la trémie et l’élargissement de la moyenne corniche qui a pour conséquence 30 stationnements perdus. Et le maire espère avoir gain de cause, considérant qu’il y a "une violation du code des collectivités".

Mais ce qu’il espère, c’est "un geste de l’administration monégasque" et que les relations, à l’image de celles que le maire continue d’entretenir avec le Prince Albert II, redeviennent "idylliques, comme elles l’ont été durant vingt-cinq ans".

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.