“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Trains à l'est : Guibal interpelle le ministère

Mis à jour le 11/10/2018 à 05:04 Publié le 11/10/2018 à 05:04
Samedi dernier, à Nice, les défenseurs de la ligne Nice-Tende-Cuneo ont manifesté pour que les guichets du tracé restent ouverts.

Samedi dernier, à Nice, les défenseurs de la ligne Nice-Tende-Cuneo ont manifesté pour que les guichets du tracé restent ouverts. F.B.

Trains à l'est : Guibal interpelle le ministère

Pour défendre la ligne Nice-Tende-Cuneo - dont l'avenir reste toujours incertain - le président de la communauté d'agglomération de la Riviera française (Carf), Jean-Claude Guibal, s'est récemment fendu d'une nouvelle lettre à la ministre des transports, Élisabeth Borne.

Pour défendre la ligne Nice-Tende-Cuneo - dont l'avenir reste toujours incertain - le président de la communauté d'agglomération de la Riviera française (Carf), Jean-Claude Guibal, s'est récemment fendu d'une nouvelle lettre à la ministre des transports, Élisabeth Borne. Avec copie au patron de la Région, Renaud Muselier.

L'occasion de rappeler, noir sur blanc, que « cette desserte ferroviaire est un axe vital pour la vallée de la Roya, et structurant pour l'avenir économique des communes du moyen et haut pays ». De solliciter une « bienveillante intervention afin que le budget prévu pour la réalisation de la deuxième tranche de travaux de la section Breil-Tende soit engagé dans les meilleurs délais et que le budget consacré à la remise à niveau de la ligne soit abondé et mis en œuvre rapidement ».

« Cela affectera la qualité d'accueil »

Des requêtes et arguments déjà exposés à plusieurs reprises, en somme, auxquels s'est pourtant ajouté un coup de gueule très actuel. Et pour cause : il fait suite à l'annonce des fermetures de guichets dans les gares de Sospel, Tende, Carnolès et Menton Garavan à compter du 1er décembre. Sur deux lignes bien distinctes : Marseille-Vintimille d'une part, Nice-Breil-Cuneo d'autre part.

Alors que la SNCF justifie cette décision de réduire les horaires d'ouverture des guichets - dans une pléthore de gares de la région et non l'extrême est du département uniquement - par la nécessité de s'adapter aux nouveaux modes de consommation des usagers (nombreux à acheter leurs billets en ligne ou aux bornes automatiques), Jean-Claude Guibal contre-attaque.

« Je tiens à appeler votre attention sur cette décision qui affectera considérablement le fonctionnement de ce service public et la qualité d'accueil que les usagers et les nombreux touristes sont en droit d'attendre », alerte le maire de Menton. Soulignant par ailleurs que certaines communes de son agglomération « sont encore situées dans des zones dites " blanches "». Comprendre : des territoires oubliés des réseaux internet.

« Par conséquent, les usagers n'ont pas accès aux services et à l'information en ligne », signale l'élu. Qui se dit prêt à entendre que la SNCF soit dans l'obligation de faire évoluer ses services, mais à condition que les changements soient « adaptés aux besoins et aux attentes des usagers ».

De leur côté, lesdits usagers ne désarment pas, et diverses pétitions ont vu le jour sur le territoire. L'une, émanant de la « Cuneo Nizza unisce » a déjà récolté plus de 3 500 signatures. Tandis que d'autres ciblent plus spécifiquement les gares de Sospel, Garavan et Carnolès.

« Les machines automatiques ne fonctionnent jamais le lundi matin », note l'instigatrice de la pétition roquebrunoise, voyageuse régulière pour se rendre à Monaco, qui dit avoir recueilli plus de 400 signatures.

Consciente que des problèmes vont rapidement se poser si la décision est entérinée. La tolérance 0 pour qui n'aurait pas de billet dans les trains devant entrer en vigueur d'ici peu.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct