SBM, préservatifs, parkings publics... Ce qu'il faut retenir des échanges entre les conseillers nationaux et le gouvernement princier de Monaco

Pour la deuxième soirée consacrée à l’examen du budget primitif ce vendredi soir, les conseillers nationaux ont échangé avec le gouvernement princier sur plusieurs thématiques concernant la vie du pays.

Article réservé aux abonnés
Cédric Vérany Publié le 12/12/2022 à 10:30, mis à jour le 12/12/2022 à 10:30
La Société des Bains de Mer devrait ouvrir un peu plus ses métiers, et notamment dans les Jeux, aux Monégasques. Photo d’illustration Jean-François Ottonello

La SBM doit-elle ouvrir davantage tous ces métiers aux Monégasques?

C’est Marie-Noëlle Gibelli, qui au détour d’une ligne de budget concernant la Société des Bains de Mer, a souligné qu’avec 3.700 salariés, la plus grande société du pays pourrait donner "autant d’opportunités de carrière à nos compatriotes. Or l’immense majorité des Monégasques font carrière dans les Jeux. La SBM devrait être proactive avec les services de l’État pour être une entreprise où nos compatriotes peuvent faire de belles carrières. Une feuille de route devrait être déployée en ce sens et pas seulement pour des opportunités dans les Jeux", estime l’élue, soutenue dans cette intervention par la présidente, Brigitte Boccone-Pagès.

Un point de vue qui a fait consensus, car le conseiller de gouvernement-ministre pour l’Économie et les Finances, Jean Castellini, partage également cet avis, "et je ne doute pas que la nouvelle direction de la SBM la partage, comme la direction actuelle. L’idée d’une feuille de route en fonction des métiers peut et doit être retenue. Nous le ferons dès le début de l’année prochaine".

Le port de Cala del Forte est-il un bon investissement?

Le port de Cala del Forte. Photo Dylan Meiffret.

Jean-Louis Grinda s’est interrogé sur le succès mitigé du port de Vintimille entré dans le giron des Ports de Monaco qui nécessite à nouveau des travaux pour combler des problèmes structurels. "La facture globale dépasse les 100 millions d’euros, est-ce rentable ou pas?", questionne l’élu au gouvernement, appuyé par la présidente du Conseil national.

Et Céline Caron-Dagioni répondant que les travaux lancés sont d’ordre à casser la houle à l’entrée du port. Sur le fond "la pandémie et la guerre en Ukraine ont fait prendre du retard à la commercialisation des anneaux", confirme la conseillère de gouvernement, "mais la Société des Ports reste positive sur le déploiement commercial de ce port qui prend vie et est très attractif. D’autant que des bateaux ne sont pas venus cet été à cause des mouvements internationaux qui affectent le secteur du yachting".

Monte Carlo Riviera remplacera-t-elle Monaco Info?

La question a été posée par Fabrice Notari, alors que la chaîne Monte Carlo Riviera doit naître à l’été 2023. "Les élus sont inquiets de savoir si les deux services de Monte Carlo Riviera et Monaco Info seront joints ou l’un remplacera l’autre. Quid des personnels?"

A ce questionnement, Isabello Berro-Amadei a fait savoir que "les discussions et les relations entre les deux entités sont importantes, l’idée est de créer des synergies. Il n’y aura pas de remplacement, mais un dialogue est en cours pour opérer au mieux en préservant les deux entités".

Gratuité des préservatifs pour les jeunes jusqu’à 25 ans, à Monaco aussi?

Rebondissant sur l’actualité française, rendant l’acquisition de préservatifs gratuite en pharmacie pour les jeunes de 18 à 25 ans, Nathalie Amoratti-Blanc a questionné le gouvernement à savoir si une mesure similaire était envisageable à Monaco. "C’est un sujet d’importance, je veux bien consulter les services compétents sur le sujet et je reviendrais vers vous avec une réponse adaptée", lui a répondu le conseiller de gouvernement pour les Affaires sociales et la Santé, Christophe Robino.

À quand une lecture des plaques d’immatriculation aux accès des parkings publics?

Après une intervention de Jean-Louis Grinda sur les parkings publics, l’élu Franck Julien a demandé quand la reconnaissance des plaques d’immatriculation via une lecture numérique serait effective à tous les accès de tous les parkings publics. Comme c’est déjà le cas au parking du centre commercial de Fontvieille, ainsi qu’à celui de la place du Casino.

Un travail en cours, a décrypté la ministre de l’Équipement, l’Environnement et l’Urbanisme, Céline Caron-Dagioni. "Nous avons rencontré des difficultés sur la typologie de nos plaques d’immatriculation en Principauté en utilisant des logiciels adaptés à la typologie de plaques européennes. Cela a donné beaucoup de mal pour la mise au point, avec beaucoup d’erreurs. Les capteurs dans les parkings ont dix ans, la technologie évolue, ils ne sont pas assez sensibles. Nous lançons un programme de déploiement pour modifier ces capteurs".

La visite des négociateurs avec l'UE créé des remous

L’affaire a suscité un vif échange entre élus et exécutifs vendredi soir. Échange entamé par Fabrice Notari, qui a reproché au gouvernement "le manque de considération pour notre assemblée" qui n’avait pas été prévenu de la visite des négociateurs avec l’Union Européenne pour Andorre et Saint-Marin. Visite que les élus disent avoir apprise dans les colonnes de Monaco-Matin (notre édition du 7 décembre).

"Le Conseil national aurait été intéressé d’avoir cette information, même si la négociation ne fait pas partie de ses prérogatives", continue Fabrice Notari, déplorant "ce manque d’informations" et laissant entrevoir "une impasse" le jour où le Conseil national devrait voter un éventuel texte d’accord avec l’Union européenne. Une position soutenue par Brigitte Boccone-Pagès, en remettant une couche et rappelant au ministre "qu’un coup de fil ou un courrier adressé au Conseil national dans les jours précédant la visite" aurait été plus enclin.

Une bronca entendue par le gouvernement princier. "Nous prenons acte de votre sentiment" tempère le ministre d’État, pensant que la réunion avait été évoqué lors d’une présente commission entre élus et gouvernement. "C’était une simple réunion entre trois équipes de négociation, ce n’est pas un élément de négociation avec l’Union européenne. Cette rencontre a été utile, elle nous a permis de mieux-être informés sur l’état d’esprit dans lequel ils opèrent. Nous sommes animés par la même volonté de servir au mieux les intérêts des trois Etats via une négociation à la fois au niveau politique et technique qui donnera lieu à un accord ou pas. Nous prévoyons les deux hypothèses en respectant le principe des lignes rouges défini par le souverain. Nous n’avons pas d’intérêt à faire de cachotteries au Conseil national et cette réunion ne comportait pas d’infos qui pouvaient modifier votre vision de la négociation".

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.