“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Sa mère, son rôle de prince, l'environnement, ses expéditions: ce qu'il faut retenir de l'entretien du prince Albert II sur RFM

Mis à jour le 07/04/2019 à 21:03 Publié le 07/04/2019 à 21:00
Le prince Albert II aux côtés de Bernard Montiel dans les studios de RFM à Paris.

Le prince Albert II aux côtés de Bernard Montiel dans les studios de RFM à Paris. Photo Cyril Moreau

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Sa mère, son rôle de prince, l'environnement, ses expéditions: ce qu'il faut retenir de l'entretien du prince Albert II sur RFM

Au micro de Bernard Montiel, ce dimanche dans l'émission "Une heure avec...", le souverain s’est confié sur sa mère, la princesse Grace, l’environnement, ses expéditions et son statut de prince. Voici ce qu'il faut retenir de cette entretien.

À l’occasion du 90e anniversaire de la naissance de Grace Kelly – elle est née en 1929 – le prince Albert II a été invité à témoigner sur les ondes de RFM. Au micro de Bernard Montiel – un habitué de la Principauté – dans "Une heure avec…", le souverain a évoqué la personnalité de sa mère, s’est soumis à un blind test et a évoqué d’autres sujets. En toute décontraction.

Sur la personnalité de sa mère

"Ce qui me frappe toujours, c’était sa grande gentillesse et générosité de cœur et d’esprit. Elle était à l’écoute de tout le monde et toujours prête à aider l’autre. Elle s’est beaucoup engagée dans des œuvres caritatives. Cela me touche encore beaucoup quand je rencontre des personnes qui me disent l’avoir croisée, l’avoir rencontrée, l’avoir connue. Ou les jeunes générations qui sont imprégnées de son regard, de son sourire. Elle a touché la vie de beaucoup de monde à travers le monde, directement ou indirectement."

Son film préféré de Grace Kelly

"J’ai une affection particulière pour Fenêtre sur cour d’Alfred Hitchcock. L’histoire et l’intrigue sont très intéressantes. Toute la question du voyeurisme, du regard sur les autres, sur ce qu’il peut se passer dans son environnement immédiat. On ne s’attend pas à voir dans ce film un tel suspense, alors qu’il y a une grande unité de lieux."

Sur son statut de prince

"C’est une vie très variée dans des manifestations officielles, dans des obligations, des réunions, des situations protocolaires. Et puis, il y a des moments où j’arrive un petit peu à m’échapper, ce sont des moments extrêmement rares et donc extrêmement précieux. Je les consacre en priorité à ma famille, à mes enfants et mon épouse."

Sur le titre de "Monseigneur"

"C’est le titre d’un prince de Monaco mais aussi pour d’autres souverains qui sont en exercice. C’est le titre reconnu. Je suis désolé (rires). J’accepte aussi qu’on m’appelle “Prince Albert”. D’autres sont plus à cheval là-dessus. Du moment qu’il y a du respect – et on m’a déjà appelé Monsieur – il n’y a aucun problème."

Sur la politique environnementale de la Principauté

"Cela avait commencé avec mon père qui avait lancé le principe d’accroissement des espaces verts à Monaco. Cela sera encore plus vrai avec la réorganisation de certains quartiers et le programme d’extension en mer. On a mis des règles assez strictes pour les constructions de nos immeubles qui doivent répondre à des certifications environnementales assez strictes. Il y a aussi la mobilité propre, c’est-à-dire l’encouragement à l’achat de véhicules hybrides et électriques et une offre d’aide financière à l’achat de ces véhicules, une plus grande facilité pour les transports en commun, les véhicules d’autopartage, les vélos. On a essayé de mettre la vitesse supérieure pour accélérer tous ces programmes en vue des objectifs fixés. Notre engagement pris lors de la COP, c’est 50% de réduction des émissions de nos gaz à effet de serre en 2030 et la neutralité carbone en 2050."

Sur son expédition en traîneau au pôle Nord et son aventure avec Mike Horn au pôle Sud

"Certains de mes amis ont dit que j’étais bipolaire car j’avais fait les deux pôles. Je leur laisse la paternité de cette expression (rires)."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.